42
42
[Baudelaire, Charles]

Auguste Poulet-Malassis.
[Lettre autographe signée à Jules Troubat sur Charles Baudelaire et Sainte-Beuve].
Noël 1874.

MOVING DOCUMENT SENT BY BAUDELAIRE’S PUBLISHER TO SAINTE-BEUVE’S SECRETARY, ENJOINING HIM TO COPY THE TWO ATTACHED LETTERS BY SAINTE-BEUVE: ONE TO BAUDELAIRE TWO MONTHS BEFORE HIS ATTACK, AND THE OTHER TO BAUDELAIRE’S MOTHER AFTER BAUDELAIRE’S DEATH.
Estimate
1,0001,500
LOT SOLD. 480 EUR
JUMP TO LOT
42
[Baudelaire, Charles]

Auguste Poulet-Malassis.
[Lettre autographe signée à Jules Troubat sur Charles Baudelaire et Sainte-Beuve].
Noël 1874.

MOVING DOCUMENT SENT BY BAUDELAIRE’S PUBLISHER TO SAINTE-BEUVE’S SECRETARY, ENJOINING HIM TO COPY THE TWO ATTACHED LETTERS BY SAINTE-BEUVE: ONE TO BAUDELAIRE TWO MONTHS BEFORE HIS ATTACK, AND THE OTHER TO BAUDELAIRE’S MOTHER AFTER BAUDELAIRE’S DEATH.
Estimate
1,0001,500
LOT SOLD. 480 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

100 Books, Manuscripts, Documents and Objects from the Pierre Leroy Collection

|
Paris

[Baudelaire, Charles]

Auguste Poulet-Malassis.
[Lettre autographe signée à Jules Troubat sur Charles Baudelaire et Sainte-Beuve].
Noël 1874.

MOVING DOCUMENT SENT BY BAUDELAIRE’S PUBLISHER TO SAINTE-BEUVE’S SECRETARY, ENJOINING HIM TO COPY THE TWO ATTACHED LETTERS BY SAINTE-BEUVE: ONE TO BAUDELAIRE TWO MONTHS BEFORE HIS ATTACK, AND THE OTHER TO BAUDELAIRE’S MOTHER AFTER BAUDELAIRE’S DEATH.

2 pages in-16, à l’encre brune sur double feuillet de papier pelure.
Dans l’angle supérieur de la première page, le destinataire a inscrit à l’encre noire : « Lettre de Sainte-Beuve à Baudelaire et à la mère de ce dernier » ; une autre main a inscrit en tête : « sur Baudelaire » ; une autre encore, à la verticale, le nom de l’éditeur au crayon.
Excellent état.


Read Condition Report Read Condition Report

Literature

Cette lettre ne semble pas avoir été publiée.

Catalogue Note

Sainte-Beuve avait adressé à Baudelaire le 5 janvier 1866 une longue lettre dictée à Jules Troubat, son secrétaire, à laquelle Baudelaire avait répondu en deux temps, le 15 janvier et le 5 février. Ce fut le dernier échange épistolaire entre les deux hommes.
La mention du vers incipit du poème "L’Ombre", attribué à Théophile de Viau, est quelque peu fautive : le vers original est Cette nuit je songeais que Phillis revenue, l’éditeur, citant de mémoire, l’a amalgamé au premier vers du second quatrain Son ombre dans mon lit se glissa toute nue. Cette citation renvoie en fait à une demande fort ancienne adressée par Baudelaire à Sainte-Beuve via Troubat, de retrouver l’auteur de ce sonnet extrait du Parnasse Satyrique. Sur l’autographe de la copie par Baudelaire de ce sonnet, Troubat avait inscrit : « Sonnet dont me chargea Baudelaire pour Ste-Beuve, à quoi Sainte-Beuve me répondit  "on attribue à Théophile de Viau les saletés de ce temps-là comme on attribue celles de notre temps à l’auteur des Fleurs du Mal "».

100 Books, Manuscripts, Documents and Objects from the Pierre Leroy Collection

|
Paris