Lot 2
  • 2

Comoediae Strasbourg (1er novembre 1496)

Estimate
20,000 - 30,000 EUR
Sold
31,200 EUR
bidding is closed

Description

  • Térence
  • Comoediae
    Strasbourg (1er novembre  1496)

in-folio (292 x 202 mm) de 180 ff. ch. I à CLXXVI, sign. a6, b-c8, d-z6, A-E6, F8, peau de truie estampée à froid, dos à nerfs, tranches lisses (reliure du XVIesiècle)


Provenance

Annotations manuscrites datées 1515 sur le premier contre-plat et sur le recto du feuillet de garde; ex-libris Lerchenfeld du XIXe siècle

Literature

BMC, I, 110 ; Goff, T-94 ; Schreiber, 5331 ; Ritter, 447; Otto Schäfer, I, Drucke, Manuskripte und Einbände des 15 Jahrhunderts, 324; Bibliothèque nationale, Catalogue des incunables, II, T-83; La Mémoire des siècles, 2000ans d’écrits en Alsace, 1989, pp. 129 et 135-137

Catalogue Note

PREMIÈRE ÉDITION des Comédies de Térence sortie des presses de Jean Reinhard dit Grüninger.
Des six comédies qui forment le registre théâtral de Terence (ca. 185-159), deux inspirèrent Molière : Phormion pour les Fourberies de Scapin et Adelphes pour L’École des maris.
Originaire de Markgröningen, Grüninger travailla à Bâle avant de s’installer à Strasbourg où il fonda en 1482 un atelier d’imprimerie actif jusqu’en 1532, doublé d’un atelier de gravures car il était soucieux de produire des livres illustrés attrayants. C’est avec lui que l’illustration du livre strasbourgeois atteindra son apogée.
Ce célèbre incunable s’ouvre sur un frontispice, une fois répété, représentant un théâtre au moyen âge animé d’acteurs et de spectateurs. Puis suivent 6 grands bois annonçant chaque comédie. Le reste de l’iconographie consiste en 158 illustrations au tiers de page, chacune constituée le plus souvent de 4 ou 5 bois gravés, représentant un décor ou des personnages en costume.
Cette pratique novatrice permettait ainsi à l’imprimeur de créer un nombre illimité d’images avec un nombre restreint de bois.Par ce procédé Grüninger marqua une étape importante dans l’histoire du livre illustré strasbourgeois.
Le texte imprimé en caractères romains, est entouré de commentaires dans un caractère plus petit, selon une habitude ancienne.
L’ouvrage connut un vif succès et fut réédité en 1499, 1503 et 1511.
Séduisant exemplaire, du PREMIER TIRAGE, dans une reliure du début du XVIe siècle. Quelques feuillets légèrement maculés et une cassure habilement restaurée au f. k3. Sans le feuillet blanc final F8. La première et la seconde ligne du colophon partiellement imprimées souffrent d’une amincissure de papier.

Est relié avec : JUSTINIUS.Ex. trogo Pompeio historiae. venice, Johannes Tacuinus de Tridino, 23 septembre 1512.

Close