64
64
Statue, Songye, République Démocratique du Congo
ACCÉDER AU LOT
64
Statue, Songye, République Démocratique du Congo
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris

Statue, Songye, République Démocratique du Congo

Provenance

Collection Helmut Zake, Heidelberg
Collection Bernd Muhlack, Kiel

Bibliographie

Schädler, L'art africain dans les collections privées allemandes, 1973, p. 353, n° 507

Description

Le style central des Kalebwe ya ngongo (région de Santeri et des limites nord-orientales du pays Songye) s'impose, selon François Neyt, comme un manifeste de « la créativité et l’identité des Kalebwe, fractionnés en de multiples groupes » (Neyt, Songye. La redoutable statuaire Songye d’Afrique centrale, 2009, p. 330).

Superbement illustré ici dans la force des volumes concentrés, la rigueur géométrique des formes épannelées et les traits finement modelés, ce style s'exprime également dans l'ajout de clous en cuivre, dont la ligne accentue la tension du visage piriforme. Les charges magico-religieuses conservées dans le nombril et au sommet de la tête rappellent son rôle de médiateur entre les esprits et les hommes, et celui joué par le nganga - spécialiste rituel aux pouvoirs protecteurs et thérapeutiques - qui confectionnait les médecines garantes de l'efficacité des statues nkisi

Voir Neyt (idem, p. 29) pour l’une des premières statues Songye connues en Europe, de style et de dimension comparables, collectée par Stanley en 1876 et aujourd’hui au Musée royal de l’Afrique centrale de Tervuren ; et Hersak (Songye Masks and Figure Sculpture, 2007, p. 156, n° 110), pour une autre, acquise en 1925. 

Le collectionneur et historien de l’art Helmut Zake (1918-1995) fonda en 1983 un « cercle d’entretiens et de discussions pour ethnologues et collectionneurs d’art africain », dit « cercle Zake ». Cette œuvre témoigne de la constante recherche qui l'animait, centrée sur l'authenticité et la qualité artistique des oeuvres.

Figure, Songye, Democratic Republic of the Congo

According to François Neyt the central style of the Kalebwe ya ngongo (Santeri region and North Eastern boundaries of Songye country) stands as a testament to the "creativity and identity of the Kalebwe, who are split into multiple groups" (Neyt,
 Songye. La redoutable statuaire Songye d’Afrique centrale, 2009, p. 330).

Superbly presented here in all the forcefulness of its concentrated volumes, the geometric rigor of its whittled forms and its finely modelled features, this style is also reflected in the addition of copper nails, the line of which accentuates the tension of the pear-shaped face. The magic-religious charges stored in the navel and atop the head are a reminder of its role as a mediator between spirits and men, and of that played by the
nganga - a ritual specialist with protective and healing powers - who prepared the medicines that ensured the effectiveness of the nkisi statues.  

See Neyt (ibid, p. 29) for one of the first known Songye statues in Europe, comparable in style and size, collected by Stanley in 1876 and now kept at the Royal Museum of Central Africa in Tervuren; and Hersak (Songye Masks and Figure Sculpture, 2007, p. 156, No. 110) for another one acquired in 1925. 

In 1983, collector and art historian Helmut Zake (1918-1995) founded a "circle of encounters and discussions for ethnologists and African art collectors," known as the "Zake circle". This work is an illustration of the constant search he led, focused on the authenticity and artistic quality of the pieces.

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris