43
43
Toulouse-Lautrec, Henri de
LETTRE AUTOGRAPHE ILLUSTRÉE SIGNÉE À UN "CHER MAÎTRE". HÔTEL DUCOURT, ST EULALIE[-EN-BORNE], LANDES, [SEPTEMBRE 1896].
Estimation
8 00010 000
Lot. Vendu 21,250 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT
43
Toulouse-Lautrec, Henri de
LETTRE AUTOGRAPHE ILLUSTRÉE SIGNÉE À UN "CHER MAÎTRE". HÔTEL DUCOURT, ST EULALIE[-EN-BORNE], LANDES, [SEPTEMBRE 1896].
Estimation
8 00010 000
Lot. Vendu 21,250 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Livres et Manuscrits

|
Paris

Toulouse-Lautrec, Henri de
LETTRE AUTOGRAPHE ILLUSTRÉE SIGNÉE À UN "CHER MAÎTRE". HÔTEL DUCOURT, ST EULALIE[-EN-BORNE], LANDES, [SEPTEMBRE 1896].
3 p. in-8 (210 x 132 134 mm), papier quadrillé.

Amusante lettre illustrée.

Toulouse-Lautrec est arrivé dans les Landes, où le temps "est orageux mais potable. Nous avons déjà commencé les exercices, et allons continuer tant que nous aurons de la peau aux pieds. Tout le monde est en bonne santé à bord. Envoyez-moi mes lettres à l’adresse au dessus [l’hôtel Ducourt] et envoyez [?] votre viande ou du moins envoyez [?] le Mangeur de Tarte et présentez mes hommages à l'Ange. Bien à vous. H. Lautrec." Cette lettre, semble-t-il inédite, est à mettre en rapport avec celle du 19 septembre [1896] dans laquelle il écrit à sa mère avoir été à Sainte-Eulalie pêcher avec des oiseaux "très actifs" qui "ont pris peu de poissons" (lettre n° 468).

Lettre illustrée d’un grand dessin à la plume légendé représentant la pêche au cormoran : en premier plan un cormoran avalant un gros poisson, plus loin une pinasse avec à son bord le peintre coiffé d'une casquette, son compagnon [Maurice Guibert] et un chien, et au fond la plage où poussent des pins. Les principaux éléments du dessin sont légendés par le peintre. Au verso, esquisse au crayon d'un visage de profil.

Ce dessin ne fait pas qu’illustrer la méthode traditionelle de la pêche au cormoran, que Toulouse-Lautrec pratiquait et qui consiste à utiliser des cormorans entraînés à pêcher dans l’eau-douce, il rappelle aussi une des lubies amusantes du peintre : non content de choquer les bourgeois en nageant nu dans le bassin d’Arcachon, Toulouse-Lautrec fréquentait les cafés en compagnie de son cormoran apprivoisé, avec lequel il partageait son absinthe. Cette habitude prit fin quand, en 1899, un chasseur abattit ce peu commun animal de compagnie.

Références : ne figure pas dans H. de Toulouse-Lautrec, Correspondance, éd. de H. Schimmel, Gallimard, 1992.


Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Livres et Manuscrits

|
Paris