37
37
Bernard Buffet
VANITÉ, 1955
Estimation
40 00060 000
Lot. Vendu 162,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT
37
Bernard Buffet
VANITÉ, 1955
Estimation
40 00060 000
Lot. Vendu 162,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Pierre Bergé: From One Home to Another

|
Paris

Bernard Buffet
1928 - 1999
VANITÉ, 1955
signé Bernard Buffet et daté 55 en haut à droite ; dédicacé A Pierre Bergé, daté Le 28 Sept 1955 et signé Bernard Buffet au dos ; huile sur toile
54 x 80,8 cm; 21 1/4 x 31 3/4 in.
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Provenance

Pierre Bergé, Paris (don de l'artiste)

Exposition

Paris, Fondation Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent
Saint-Rémy de Provence, Musée Estrine, Bernard Buffet, la collection Pierre Bergé, 2018

Bibliographie

Jérôme Coignard, Bernard Buffet, Les années 1950, Entretien avec Pierre Bergé, Paris, 2016, no. 81, reproduit p. 138

Description

L'authenticité de cette œuvre a été confirmée par la Galerie Maurice Garnier.



Les connaissances approfondies de Bernard Buffet en histoire de la peinture -il se forme surtout au Louvre- se reflètent dans ses natures mortes et plus encore dans ses vanités, souvent inspirées des modèles du XVIIe siècle. Dans Vanité, peinte en 1955, apparaissent tous les éléments clés de ce grand thème iconographique : le crâne posé sur la table et cerné d’un rosaire avec une bougie. Le fond jaune du tableau représente le soleil et la vie, la lumière de sa chère Provence, mais aussi le temps qui passe, symbolisé par la bougie qui se consume. Le crâne et le rosaire sont un rappel à la mort mais aussi à l’intercession religieuse et l’espoir dans un au-delà.

L’année 1955 s’inscrit dans une des plus importantes périodes de créativité pour l’artiste. Bernard Buffet partage une intense relation avec Pierre Bergé, à qui d’ailleurs ce tableau est dédicacé, et sa carrière est en plein essor. Bergé écrira: "… pendant ces années, je l’ai vu peindre, construire son œuvre. J’ai vu la chrysalide devenir papillon." (Pierre Bergé, "Il avait 21 ans et moi 19", Rétrospective Bernard Buffet, Paris, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, 2016-2017, p. 97). Bernard Buffet avait terminé son grand triptyque Horreur de la Guerre, exposé en 1955 à la galerie Drouant-David. Cette même année, la revue Connaissance des Arts publie un référendum dans lequel, auprès de 100 personnalités du monde de l’art, Bernard Buffet arrive en tête des dix meilleurs peintres depuis la Libération. C’est donc en pleine gloire qu’il brosse cette Vanité, tel un rappel, un memento mori de la fugacité des choses terrestres.

Pierre Bergé conservera toujours ce tableau. A la fin de sa vie il trouvait une place de choix sur le mur de l’appartement de la rue Bonaparte, à proximité sa fameuse collection de Vanités.

Pierre Bergé: From One Home to Another

|
Paris