124
124
Rare et grande horloge en argent et vermeil représentant Atlas, par Alexis Falize, Paris, vers 1860
A RARE AND LARGE FRENCH PARCEL-GILT SILVER CLOCK ON RED MARBLE STAND, ALEXIS FALIZE, PARIS, CIRCA 1860
Estimation
150 000200 000
ACCÉDER AU LOT
124
Rare et grande horloge en argent et vermeil représentant Atlas, par Alexis Falize, Paris, vers 1860
A RARE AND LARGE FRENCH PARCEL-GILT SILVER CLOCK ON RED MARBLE STAND, ALEXIS FALIZE, PARIS, CIRCA 1860
Estimation
150 000200 000
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Importante Orfèvrerie Européenne, Boîtes en Or et Objets de vitrine

|
Paris

Rare et grande horloge en argent et vermeil représentant Atlas, par Alexis Falize, Paris, vers 1860
A RARE AND LARGE FRENCH PARCEL-GILT SILVER CLOCK ON RED MARBLE STAND, ALEXIS FALIZE, PARIS, CIRCA 1860
Atlas soutenant la voûte céleste ciselée de constellations et des signes du zodiaque, chiffres romains, mouvement mécanique d'échappement à cercle tournant avec sonnerie à chaque heure et demi-heure, sur une base en marbre rouge en forme de rocher
Haut. 41 cm ; 16 1/4 in. high
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Description

Alexis Falize est né le 23 septembre 1811 à Liège. Il est le fondateur d'une lignée de prestigieux orfèvres parisiens. Son père, originaire de la ville de Huy en Belgique était bottier ; il s'éteignit brutalement en 1822. Alexis qui n'a que onze ans fut alors envoyé chez un grand-oncle, Jean-Pierre Favrad, à Paris. En 1830, sur les conseils du bijoutier Maudoux, Alexis entra chez Mellerio comme assistant. A l'âge de 27 ans, Alexis rachète le fond d'un bijoutier situé au Palais-Royal, Aristide Joureau-Robin. Il connut rapidement une solide réputation comme dessinateur de bijoux. A partir de 1840, son atelier est situé 55 avenue de l'Opéra. Le 4 juin 1841, il dépose son poinçon, AF, un crochet de fusée de montre. A partir des années 1860, Falize s'intéresse à l'utilisation des émaux dans ses créations.  En 1857, Alexis installe son atelier 55 avenue de l'Opéra et son fils Lucien le rejoint. En 1871, il s'associe avec son fils Lucien qui reprend l'atelier en 1878. En 1875, le poinçon est modifié et devient AF, une croix de Saint-André. Alexis se retire progressivement dans sa maison de Moret-sur-Loing et meurt en 1898, un an après son fils. Après un partenariat avec la maison Bapst, de 1880 à 1892, ce furent les fils de Lucien, André, à partir de 1894 puis Jean et Pierre qui poursuivirent cette incomparable lignée de maîtres-artistes.

Importante Orfèvrerie Européenne, Boîtes en Or et Objets de vitrine

|
Paris