11
11

PROVENANT DE L'ANCIENNE COLLECTION DE M. ET MME. H. GATES LLOYD

Pierre Soulages
PEINTURE 92 X 65 CM, 15 JANVIER 1956
ACCÉDER AU LOT
11

PROVENANT DE L'ANCIENNE COLLECTION DE M. ET MME. H. GATES LLOYD

Pierre Soulages
PEINTURE 92 X 65 CM, 15 JANVIER 1956
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Art Contemporain Vente du Soir

|
Paris

Pierre Soulages
N. 1919
PEINTURE 92 X 65 CM, 15 JANVIER 1956
signé
huile sur toile
92 x 65 cm; 36 3/16 x 25 9/16 in.
Exécuté en 1956.
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Provenance

Collection M. et Mme. H. Gates Lloyd, Haverford (acquis directement auprès de l'artiste en 1956)
Transmis par descendance au propriétaire acuel

Exposition

Philadelphia, Philadelphia Museum of Art, Philadelphia Collects 20th century, 3 octobre - 17 novembre 1963

Bibliographie

Pierre Encrevé, Soulages, L'Oeuvre Complet, Peintures Volume I, 1946-1959, Paris, 1994, no. 218, p. 210, illustré en couleurs

Description

"Aucun peintre ne devrait commencer un tableau sans passer un lavis de noir. Parce que, dans la nature, toute chose est noire tant qu'elle n'est pas touchée par la lumière."
- Leonardo da Vinci

« Concentrez-vous sur les œuvres majeures de la jeune génération plutôt que sur les œuvres secondaires des artistes majeurs. » En donnant ce conseil, aussi avisé soit-il, à son camarade de Cambridge Gates Lloyd et sa femme Lallie, James Johnson Sweeney, qui deviendra plus tard l’un des plus brillants conservateurs du Museum of Modern Art de New York, n’aurait certainement pas imaginé être à l’origine d’une des plus prodigieuses collections d’art contemporain américaine du XXe siècle.

Et pourtant, lorsque l’on déroule le fil de la collection du brillant banquier d’affaires Gates Lloyd et de son épouse Lallie -proche des avant-gardes parisiennes dans les années 1920 avant de dévouer presque toute son existence au soutien de la création contemporaine européenne et américaine- on est frappé par les choix incroyablement visionnaires du couple. Car il ne faut pas seulement se concentrer sur la distribution de la collection mais aussi sur les dates d’acquisitions. En 1938, Gates et Lallie Lloyd achètent Les flammes du soleil rendent hystérique la fleur du désert de Miro. En 1941, ils commandent à Calder Haverford Monster, une sculpture monumentale pour leur maison de Cape Cod où Brancusi côtoie Moore et Mondrian. Très proche des artistes, Lallie Lloyd passe son temps dans les ateliers et reconnaît extraordinairement tôt le génie de Jackson Pollock, Louise Nevelson, Morris Louis, Agnes Martin, Anthony Caro, David Smith ou encore Willem De Kooning , à qui elle achète Black Friday, première œuvre que l’artiste ait jamais vendue et dont Gates et Lallie Lloyd feront plus tard don à l’université de Princeton.

Car l’engagement de ces deux passionnés va jusqu’à ne jamais revendre les œuvres dont ils font l’acquisition, à moins que ce soit une nécessité inéluctable pour pouvoir en acheter d’autres. Au fil des ans, Gates et Lallie Lloyd font par ailleurs de nombreux dons aux institutions qui leur sont chères, notamment un exemplaire du célèbre Clamdigger de de Kooning au Whitney Museum of American Art, une sculpture monumentale de Robert Morris au Fairmount Park de Philadelphie, une œuvre de Gorky au musée d’Israël ou encore les fameuses valises de Marcel Duchamp à la Washington Gallery of Modern Art, s’il ne faut citer que ceux-ci.

Art Contemporain Vente du Soir

|
Paris