14
14

PROVENANT D'UNE PRESTIGIEUSE COLLECTION EUROPÉENNE

Georges Braque
L'AQUARIUM
Estimation
120 000180 000
Lot. Vendu 223,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT
14

PROVENANT D'UNE PRESTIGIEUSE COLLECTION EUROPÉENNE

Georges Braque
L'AQUARIUM
Estimation
120 000180 000
Lot. Vendu 223,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Art Impressionniste et Moderne

|
Paris

Georges Braque
1882 - 1963
L'AQUARIUM
signé G Braque. (en bas à droite)
huile sur papier marouflé sur toile
48,5 x 31,1 cm
Peint en 1944.
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Provenance

Galerie Louise Leiris, Paris (no. 15881, Ph no. 1686)
Acquis par le propriétaire actuel dans les années 1960

Bibliographie

Pierre Reverdy, Une aventure méthodique, Paris, 1949, reproduit pl. V
Maeght Editeur, Catalogue de l'oeuvre de Georges Braque. Peintures 1942-1947, Paris, 1960, no. 83, reproduit n.n.

Description

“Vous a-t-on jamais dit que les toiles de Braque trainaient, tels des filets de pêche, sur les fonds de sable de la mer ? Toutefois, si la trame de la toile à peindre est trop fine pour être autorisée a ce genre de pêche, l’esprit du poète et du peintre, lui, est comme un immense chalut tendu sans relâche de la terre au ciel et de maille assez forte pour capter et pour retenir les plus justes, les plus grandes et les plus émouvantes images capables de venir illuminer le cœur de l’homme de leur surnaturel éclat. Un immense filet, a grandes mailles, tendu nuit et jour des profondeurs rugueuses de la terre jusqu’’aux lames scintillantes a la surface la plus lumineuse du ciel.”
Pierre Reverdy, Braque, une aventure méthodique, Paris, 1949

Lorsque la guerre éclate, Braque se réfugie à Varengeville-sur-Mer, convertie dans les années trente en une importante colonie d’artistes, et ou Braque s’est fait construire un atelier par l’architecte nord-américain Paul Nelson. Les poissons font partie des motifs récurrents de l’artiste pendant la période de la guerre. Faisant écho aux angoisses de l’artiste, les poissons sont noirs dans les années 1941 et 1942, comme par exemple Les Poissons noirs, 1942, conserve au Musée National d’Art Moderne-Centre Pompidou ou La carafe et les poissons, peint en 1941 et dédie a Jean Paulhan. Ce dernier écrira a propos de cette série : “Le poisson me fait longuement penser à ce mélange d’extrême violence et de sérénité pourtant qui est votre”. Ces toiles se caractérisent alors par un dépouillement austère et méditatif. Vers la fin du conflit, les couleurs deviennent plus joyeuses, la touche plus légère, les fonds plus translucides, tel que c’est le cas dans le présent tableau.

Art Impressionniste et Moderne

|
Paris