Masque, Bafo, Cameroun
MASK, BAFO, CAMEROON
Estimation
30 00050 000
Lot. Vendu 35,000 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT
Masque, Bafo, Cameroun
MASK, BAFO, CAMEROON
Estimation
30 00050 000
Lot. Vendu 35,000 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris

Masque, Bafo, Cameroun
MASK, BAFO, CAMEROON

Provenance

Alfred Klinkmüller, Berlin
Collection Bernd Muhlack, Kiel

Description

Expression saisissante de l’art méconnu lié aux sociétés secrètes des Bafo du sud-ouest du Cameroun, ce masque constitue l’un des très rares témoins d’un corpus comptant moins d'une dizaine d'œuvres répertoriées, entrées dans des collections européennes avant 1930. A l’harmonie de la forme ovale et du visage "en cœur", s’oppose la saisissante face heurtée, de teinte plus claire, offrant un contraste semblable à celui observé sur l'archétype collecté par Ludwig Conradt en 1897-1898 (Museum für Völkerkunde de Berlin, cf. Kerchache, Paudrat et Stéphan, L’art africain, 2008, p. 406, n° 611).

Le visage violemment stylisé est dominé par la projection tubulaire des yeux et l’ample bouche ouverte sur de longues dents limées, rappelant son usage dans le cadre de sociétés secrètes isango qui « exerçaient une pression sociale au sein de la communauté villageoise et assuraient le maintien de l’ordre. » (cf. von Lintig, Cameroun, 2006, p. 40). La disparition progressive de ces sociétés, suite à leur interdiction en 1899 par le gouvernement allemand, explique le peu d’informations recueillies sur leur fonction.
Voir Bassani et McLeod (Jacob Epstein Collector, 1989, p. 108, n° 242 et 243) pour les deux masques Bafo de la collection du sculpteur Jacob Epstein, et Collection Vérité (2006, p. 186) pour celui de l'ancienne collection Paul Guillaume, exposé à African Negro Art, au MoMA, en 1935. 

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris