289
289
Goya y Lucientes, Francisco de
LOS DESASTRES DE LA GUERRA. MADRID, REALE ACADEMIA DE NOBLES ARTES DE SAN FERNANDO, [MARS] 1863.
Estimación
60.00080.000
Lote. Vendido 73,500 EUR (Precio de adjudicación con prima del comprador)
SALTAR AL LOTE
289
Goya y Lucientes, Francisco de
LOS DESASTRES DE LA GUERRA. MADRID, REALE ACADEMIA DE NOBLES ARTES DE SAN FERNANDO, [MARS] 1863.
Estimación
60.00080.000
Lote. Vendido 73,500 EUR (Precio de adjudicación con prima del comprador)
SALTAR AL LOTE

Details & Cataloguing

Bibliothèque Carlo De Poortere

|
París

Goya y Lucientes, Francisco de
LOS DESASTRES DE LA GUERRA. MADRID, REALE ACADEMIA DE NOBLES ARTES DE SAN FERNANDO, [MARS] 1863.
In-folio à l'italienne (242 x 342 mm). 1 f. de titre lithographié par J. Aragon, 1 f. n.p. avec notice biographique imprimée recto-verso sur 2 colonnes, 80 planches gravées à l'eau-forte sur vélin fort, légendées et chiffrées, montées sur onglets. Demi-veau prune, plats de toile chagrinée, le premier portant le titre doré encadré de filets à froid, dos à nerfs ornés d’une chaînette, tranches jaspées (Reliure de l’époque).
Page de titre légèrement salie, légère tache sur les marges des planches 9, 28 et 73, traduction des légendes en français sous chaque planche à la mine de plomb, infimes trous dans les planches 8, 38 et 69, papier légèrement amincis à de petits endroits des planches 11, 37, 40 et 45. Reliure : coins émoussés, tête et queue frottées, moitié de la première page de garde déchirée et manquante, couture du premier plat relâchée, restauration au centre du premier plat.

Première édition, d'une impression à environ 500 exemplaires seulement. Papier vélin fort au filigrane "El Arte en España" pour la page de titre et "J.G.O." aux palmettes sur 33 planches. Second état, avec les fautes aux légendes corrigées.

Suite complète de 80 planches, gravées à l’eau-forte sépia, lavis d'aquatinte, pointe-sèche et brunissoir, avec la lettre en espagnol.

Le cauchemar gravé. Les scènes des Desastres de la Guerra retranscrivent les horreurs vécues par le peuple madrilène durant les guerres napoléoniennes de 1808-1814, en particulier la rébellion du 2 mai 1808 contre les Français qui occupaient la ville, puis la cruelle répression par Murat qui s’ensuivit. D'une grande éloquence, les planches de Goya montrent la détresse du peuple réprimé et la barbarie de leurs opposants sanguinaires : massacres, viols, fusillades, monceaux de cadavres, morts qu’on dépouille, populations pourchassées. Les dernières planches, à partir de la planche n° 65, changent quelque peu de ton, et proposent des scènes fantastiques ou oniriques qui font penser aux Caprichos.

La publication. Bien que Goya ait gravé ses Desastres entre 1810 et 1820, en dehors d’un tirage unique qu’il offrit à son ami l’érudit Ceán Bermúdez aujourd’hui conservé au British Museum, il n’en fit aucun de son vivant : sans doute les Desastres étaient-ils trop provocateurs, trop subversifs pour le public de l’époque et Goya craignait-il le même désastre commercial que pour les Caprichos vingt ans plus tôt (cf. lot 287). Aussi, le premier tirage commercial ne se fit qu’en mars 1863, par l'Academia de Nobles Artes de San Fernando de Madrid, après qu’elle ait acquis, en novembre 1862, les cuivres qu’avait conservé jusqu’à sa mort en 1854 le fils de Goya. Les titres furent copiés sur l’exemplaire de Bermúdez et le tirage exécuté par l'atelier de Laurenciano Potenciano pour le compte de l’Academia.

Très beau tirage, dans une reliure de l'époque.

Références : Harris, III/1b, 121-200. -- Delteil, 120-199.

Provenance : Edouard Massicot, globe-trotter bibliomane (ex-libris). -- Docteur Lucien-Graux (ex-libris ; IV, 1957, lot 108 : "Exemplaire en très beau tirage").


Leer informe de condiciones Leer informe de condiciones

Bibliothèque Carlo De Poortere

|
París