48
48
Frederick-Arthur Bridgman
JEUNE FEMME SUR UNE TERRASSE
FREDERICK-ARTHUR BRIDGMAN ; YOUNG WOMAN ON A TERRACE  ; SIGNED CENTER RIGHT AND BEARS A SIGNATURE POSSIBLY BY THE ARTIST ON THE REVERSE ; OIL ON CANVAS
SALTAR AL LOTE
48
Frederick-Arthur Bridgman
JEUNE FEMME SUR UNE TERRASSE
FREDERICK-ARTHUR BRIDGMAN ; YOUNG WOMAN ON A TERRACE  ; SIGNED CENTER RIGHT AND BEARS A SIGNATURE POSSIBLY BY THE ARTIST ON THE REVERSE ; OIL ON CANVAS
SALTAR AL LOTE

Details & Cataloguing

Regards sur l’Orient - Tableaux et Sculptures Orientalistes et Art Islamique

|
París

Frederick-Arthur Bridgman
TUSKEGEE 1847 - 1927 LYONS LA FORÊT, ÉCOLE AMÉRICAINE
JEUNE FEMME SUR UNE TERRASSE
FREDERICK-ARTHUR BRIDGMAN ; YOUNG WOMAN ON A TERRACE  ; SIGNED CENTER RIGHT AND BEARS A SIGNATURE POSSIBLY BY THE ARTIST ON THE REVERSE ; OIL ON CANVAS
Signé vers le bas à droite  F.A.Bridgman ; porte une signature au verso, peut être de la main de l'artiste
Huile sur toile
99 x 114 cm ; 39 by 45 in
Leer informe de condiciones Leer informe de condiciones

Procedencia

Vente, Sotheby's New York, le 23 mai 1990, lot 49

Expuesto

Probablement , Exposition Universelle, Paris, 1889, n°29, exposition du triptyque Le Pirate d'amour ;
Probablement, Catalogue of picture and Studies of F.A.Bridgman, Chicago, The Art Institute, Mai 1890, n° 26, exposition du triptyque avec la description suivante: To escape from the embrace of the Arab, the woman stabs herself with the dagger which she has snatched from his belt ; 
Probablement, New York, The Fifth Avenue Art Galleries, 1890 ;

Nota del catálogo

Notre tableau est probablement le volet gauche d'un important triptyque réalisé par Bridgman pour l'Exposition Universelle de 1889, titré Le pirate d'amour (voir illustration ci-dessous). Il s'agit d'une pièce unique dans l'oeuvre de Bridgman par sa composition et sa taille. Notre tableau, qui décrit la première phase d'une composition en trois parties, présente une beauté alanguie à la lueur du soir, un homme apparaît dans le coin droit de la composition, l'espionnant derrière un muret. La partie centrale représente la même beauté attaquée violemment par le même homme (voir l'illustration ci dessous) et la partie droite (localisation actuelle inconnue) la présente allongée au sol avec une dague à ses pieds, dont elle s'est servie pour se donner la mort.
Lors des deux expositions à New York et Chicago en 1890, le tableau reçut un accueil négatif de la part du public américain, indigné par l'absence de morale et la soi-disant indécence de la composition.
Blessé par la controverse que son œuvre suscita, l'artiste démantela probablement le triptyque peu après les deux expositions américaines.



Regards sur l’Orient - Tableaux et Sculptures Orientalistes et Art Islamique

|
París