305
305
Verlaine, Paul
VARIA, RECUEIL DE 56 POÈMES AUTOGRAPHES SIGNÉS DE PAPIERS ET FORMATS DIVERS MONTÉS SUR ONGLET OU FEUILLET EN UN VOLUME IN-8 CARRÉ. MAROQUIN LAVALLIÈRE, PLATS ENTIÈREMENT COUVERTS D’UN MOTIF À RÉPÉTITION (FLEURETTE ROUGE À FEUILLES VERTES) MOSAÏQUÉ DANS UN ENCADREMENT DE LISTELS DE MAROQUIN SABLE ET BRUN FONCÉ, LE TOUT MOSAÏQUÉ À FROID, DOS ORNÉ DE CAISSONS DE LISTELS DE MÊME, DOUBLURES DE MAROQUIN SABLE SERTIES D’UN FILET DORÉ ET ENCADRÉES DE LISTELS VERT ET BRUN FONCÉ, GARDES DE SOIE VERTE, DOUBLES GARDES DE PAPIER MARBRÉ, COIFFES GUILLOCHÉES, FILET ONDULÉ SUR LES COUPES, TRANCHES DORÉES SUR TÉMOINS, ÉTUI BORDÉ (NOULHAC REL. 1924// MAD. NOULHAC DEL.).
SALTAR AL LOTE
305
Verlaine, Paul
VARIA, RECUEIL DE 56 POÈMES AUTOGRAPHES SIGNÉS DE PAPIERS ET FORMATS DIVERS MONTÉS SUR ONGLET OU FEUILLET EN UN VOLUME IN-8 CARRÉ. MAROQUIN LAVALLIÈRE, PLATS ENTIÈREMENT COUVERTS D’UN MOTIF À RÉPÉTITION (FLEURETTE ROUGE À FEUILLES VERTES) MOSAÏQUÉ DANS UN ENCADREMENT DE LISTELS DE MAROQUIN SABLE ET BRUN FONCÉ, LE TOUT MOSAÏQUÉ À FROID, DOS ORNÉ DE CAISSONS DE LISTELS DE MÊME, DOUBLURES DE MAROQUIN SABLE SERTIES D’UN FILET DORÉ ET ENCADRÉES DE LISTELS VERT ET BRUN FONCÉ, GARDES DE SOIE VERTE, DOUBLES GARDES DE PAPIER MARBRÉ, COIFFES GUILLOCHÉES, FILET ONDULÉ SUR LES COUPES, TRANCHES DORÉES SUR TÉMOINS, ÉTUI BORDÉ (NOULHAC REL. 1924// MAD. NOULHAC DEL.).
SALTAR AL LOTE

Details & Cataloguing

Bibliothèque littéraire Raoul Simonson - Albert et Monique Kies - Première partie

|
París

Verlaine, Paul
VARIA, RECUEIL DE 56 POÈMES AUTOGRAPHES SIGNÉS DE PAPIERS ET FORMATS DIVERS MONTÉS SUR ONGLET OU FEUILLET EN UN VOLUME IN-8 CARRÉ. MAROQUIN LAVALLIÈRE, PLATS ENTIÈREMENT COUVERTS D’UN MOTIF À RÉPÉTITION (FLEURETTE ROUGE À FEUILLES VERTES) MOSAÏQUÉ DANS UN ENCADREMENT DE LISTELS DE MAROQUIN SABLE ET BRUN FONCÉ, LE TOUT MOSAÏQUÉ À FROID, DOS ORNÉ DE CAISSONS DE LISTELS DE MÊME, DOUBLURES DE MAROQUIN SABLE SERTIES D’UN FILET DORÉ ET ENCADRÉES DE LISTELS VERT ET BRUN FONCÉ, GARDES DE SOIE VERTE, DOUBLES GARDES DE PAPIER MARBRÉ, COIFFES GUILLOCHÉES, FILET ONDULÉ SUR LES COUPES, TRANCHES DORÉES SUR TÉMOINS, ÉTUI BORDÉ (NOULHAC REL. 1924// MAD. NOULHAC DEL.).
La section Varia des Oeuvres posthumes chez Messein en 1903 comporte 68 poésies dont 56 ont été éditées d’après notre recueil. Plusieurs avaient paru en revues mais très peu en volume (voir n°2, 28 et 34). L’étude poussée des variantes, au-delà du relevé de  Y.-G. Le Dantec, serait du plus haut intérêt.
Une liste titrée a été dressée par Le Dantec en 1948 (voir référ. infra) puis reprise par J. Borel. Nous la corrigeons et normalisons parfois l’orthographe des dates. Les poèmes sont tous signés, sauf mention contraire, assez souvent datés et portent la plupart le titre à l’encre ou au crayon du recueil Varia  et quelque fois celui de Femmesen vue d’une nouvelle édition (coin sup. g.)

1. "En 187 [biffé] 17**", 15 Janvier 1891, 1 f. “Le parc rit de rayons tamisés,/ De baisers, d’éclats de voix de femmes..” PLB. 543. Mauvaises lectures de la rature : 1809 (LD784) et 1800 (coquille PLB). Il le situait d’abord dans la saison de ses jeunes amours en 187…
2. “Rotterdam”, 9bre 1892, 1 f.  “Après qu’il a franchi d’abord les terres vertes” PLB. 983 (oublié dans la 1ère liste PLD). Parution en originale en 1893.
3-4. “Le Charme du Vendredi Saint”. deux pièces :  I, Paris, jeudi 30 mars 1893 “La cathédrale est grise admirablement”. - II, vendredi 31 mars 1893 “Le soleil fou de mars éveille encore un peu plus la verdure”, 2 ff.  PLB. 986-87.
5. “Impression de printemps” 1r mai 1893, 2 ff. paginés. “Il est des jours – avez vous remarqué ?-” PLB. 988 + préoriginale corrigée “Impressions (sic) de printemps” avec mention “Le Boul’Mich’/15 juillet 93”.
6.  “souvenir du 19 9bre 1893./ dieppe-newhaven.”, 2 ff. paginés. “Mon cœur est gros comme la mer,/ Qui s’exile de l’être cher !”. Trois tercets fort raturés. PLB. 1005.
7. “Retour.” [en marge :] “(en pendant à mon cœur est gros comme la mer)”, 16 tercets et un vers sur 2 ff. “La mer est douce comme un cœur/ Et je rentre dans la patrie…/ La mer est forte comme un cœur…”. Poème oublié dans la Pléiade par PLD et PLB ! mais publié dans les Œuvres posthumes, Messein, 1903 p. 67-69.
8. “fin Août 1893 hl Broussais/ à... [surchargés par] Ph”, 1 f. “Depuis ces deux semaines/ Où j’ai failli mourir,” PLB. 991.
9. Seul brouillon connu. En revoyant la prison de Mons, très probablement lors de son arrivée en Belgique pour ses conférences de 1893 (voir n° 308). “J’ai revu, quasiment triompha[l]/ La ville où m’attendaient ces longs [biffé] mois d’ombre/ dont je sortis [biffé](…)/ Le train passait, ["blanc" en interligne] panache en l’air/ Devant la rougeâtre ["saignante" en interligne ; ces deux adjectifs imprimés à la suite en 1903 !] architecture/ (…) Où j’eus froid [biffé et "vécus" en interligne] deux fois tout [biffé] un hiver/ Et tout un été sans aventure (…)/ Le train passe, les temps sont passés/ Mais l’heure de grâce reste et sonne. ” 1 double f. in-12 monté verticalement, brouillon couvert de ratures et repentirs. PLB. 867 : “Je revois…” publié dans Epigrammes, 1894. Le Dantec (PLD 1142), qu’a dû suivre Borel (n’ayant pas vu le ms), ne s’est pas rendu compte que la version imprimée dans la section Varia des Œuvres posthumes de 1903 (p. 86-87) dont il donne des variantes est celle-là même qu’il a sous les yeux en manuscrit dans notre recueil !
10-13. “Inséparables” à Ernest Delahaye. Cordialités (coin sup. g.). 4 pièces sur 4 ff. montés verticalement. “Dans ce Paris où l’on est voisin et si loin”, “Deux colibris parisiens, deux cancaniers”, “Impériale, puisque Eugénie ! et très douce” et “Morts d’à-côté, beacoup de cendre, quelques os,”. Ratures passim. PLB. 994-96.
14. “Rendez-vous” (non signé), 1 f. “Dans la chambre encor sépulcrale”. PLD. 783 (cite bien le ms et variantes) mais PLB. 1223, en reprenant en note la version courte des Œuvres posthumes de 1903 (pp. 92-93), ignore qu’il s’agit de notre ms. C’est cette version qui devait faire partie de la nouvelle édition de Parallèlement (liste de Verlaine : “20 [vers] Dans la chambre”, PLB 1218). Rature et surcharge.
15. “sérieusement.” ("féroce", ajouté au crayon), du recueil Femmes (coin sup.g.). 1 f. “Tu m’as vu mourant presque” PLB. 1013. Ratures.
16-19. “Apaisement”. 4 pièces sur 4 ff.,  numérotées de II à V, hôpl Broussais 7bre 93 [et non 7 (sic) septembre en 1903 p. 29]. Mention au crayon dans le coin “vous avez le n° I de la série Voici des cheveux (…)” (note reprise en 1903). “II/ La jalousie est multiforme” ; “III/ D’ailleurs la jalousie est bête.” ; “IV/ Bah ! confiance ou jalousie !” et “V/ Et pourquoi cet amour dont plus d’un sot s’étonne” PLB. 997-99 (numérotées I à IV, mais, en 1903, Messein respecte la numérotation de notre ms p. 25 sv.). Ratures passim.
20. “Retraite”, 1 f. “On s’isole à Paris, quelle que soit l’horreur”. PLB. 1001. Hémistiches raturés.
21. Sans titre. “L’Enfant avait reçu deux beaux yeux [biffé et "bons yeux" en interligne] dans la tête” [A Fernand Crance] 1 f. in-4 plié. PLB. 1019. Ratures.
22. “Visites.” 1f.  “Je n’ai pas vu d’arbres ni d’herbe” PLB. 1000. Ratures.
23. "A Mlle Berthe**" [Marthe], Hôpital Broussais 3 9bre 1893, 1 f. “Mignonne que je connais/ Que par votre doux nom de berthe [biffé ; "Marthe" en interligne],” PLB. 1003 avec coquille de Borel depuis 1968 : 5 pour 3 nov. (correct en 1903 p. 44. et PLD p. 808). Ratures.
24. “De cet endroit neutre ["il" ajouté] s’exhale” (“Hopital” ajouté au crayon dans le coin), 1 f. PLB. 1011. Plusieurs ratures.
25. “oxford.” 9bre 1893, 1 f. “Oxford est une ville qui me consola,” PLB. 1007.
26. "Paul Verlaine’s/ lecture/ at Barnard’s Inn Hall/ London nover 1893 on the 21th", 1 f. in-4 plié. “Dans ce hall trois fois séculaire,” PLB. 1006.
27. “bergerie.” [Bergerades] du recueil Femmes (coin sup.g.). 1f. “A l’instar des berger[s] de Virgile” PLB. 1010.
28. “Frontispice/ pour/ un livre nouveau” [Prologue de Chair, 1896], Hl Bichat/7 Xbre 1894, 1 f. “L’amour est infatigable,” PLB. 883.
29-31. "vieilles “Bonne Chanson.” 1869-1870", 3 poèmes sur 3 ff. paginés : “vœu final// O l’Innocente que j’adore” - “l’ecolière// Je t’apprendrai, chère petite,” - “a propos d’un mot naïf d’Elle// Tu parles d’avoir un enfant”. Pièces insérées par Borel en appendice de La Bonne Chanson. PLB. 156-157. Nombreuses ratures.
32. “mon[n]a Rosa/ d’après un tableau de Rossetti”, 1 f. in-4 plié (non signé) “Elle est seule au boudoir” PLB 1038. Ratures.
33. “demies-teintes.” ["es" biffé] 1 f. “O la Dulcinée” PLB. 989.
34. "A Madame Marie M**", 1er novembre 1894, [paru dans Confessions, 1895] 1 f. “Vous futes bonne et douce en nos tristes tempêtes,” PLB. 1020. Ratures et surcharges correspondant à la version de Varia in Œuvres posthumes en 1903 (p. 52-53).
35. “Pâques !” mars 1894, 2 ff. paginés (le n° 2 coupé) dont 1 f. in-4 plié. “De Rome hier matin les cloches revenues” PLB. 1017-18.
36. “assomption” 1 f. “Aujourd’hui c’est ma fête et j’ai droit à des fleurs” PLB. 1018.
37. “Prière” (au crayon sauf titre, signature, varia et note) “Me voici devant Vous contrit comme il le faut” PLB. 1019. Note à l’éditeur : “varia est un titre vague que nous arrangerons selon la division des prières (…)”. Ratures.
38. “Quand même.”17 ["7" surcharge "5" ; coquille 27 in Œuvres posthumes, p. 48] Xbre 1894./ Hl Bichat., 1 f. “Ah, dis, mon cœur, plutôt que cette vie” PLB. 1021.
39. “acte de foi.” 1 f. "'Le seul savant c’est encore Moïse' !" PLB. 1022. Rature.
40. “à celimene.” du recueil Femmes (coin sup.g.), 11  février 95, 1 f. “Bon, encore une trahison !” PLB. 1023. Ratures.
41-43. “pour E…”, 3 poèmes avec même titre répété, les 2 premiers sur 2 ff. paginés séparément, le 3e sur 1 f.  “O la femme éternellement/Bien aimée !” (ratures) ; “J’aime ton sourire” et “Quelle colère injuste et folle !” PLB. 1024-26.
44-45. -“epilogue/à eugénie…”, 2 poèmes du recueil Femmes/ ou Varia (coin sup.g.). Le premier “O toi, toi, seule bonne entre toutes ces femmes” du 21 février 1895, 2 ff., et le 2e :  “Mais il te faut m’être si douce !”, 1 f. (ratures) avec note aut. : “Cette pièce doit suivre immédiatement celle commençant par o toi, toi seule bonne… et conclure femmes.” PLB. 1026-27.
46. “intermittences”, 1 f. in-4 plié. “Il est des jours, il est des mois” PLB. 1033.
47.  “sites urbains.” 1 f. “Prisonnier dans Paris pour beaucoup trop de causes” PLB. 1034. Ratures.
48. “clochi-clocha.” 1 f. “L’Eglise Saint-Nicolas” PLB. 1035. Ratures et surcharges.
49. “anniversaire.” 30 mars 1895, 1 f. “L’an dernier, des amis restés”.  PLB. 1030.
50.  “Conseil”. 4 mai 1895, 1 f. “Je devrais me borner à vous dire” PLB 1031. Envoi raturé.
Est joint édition originale rarissime du poème pour Louis Dorbon, le futur libraire âgé de 17 ans qui lui avait payé 20 francs, 1 double f. vélin glacé crème avec page de titre. Le Dantec  recueillit son témoignage : “L’adolescent d’alors, qui est devenu l’un des plus fameux et lettrés libraires de Paris, s’offrit la fantaisie de faire tirer par l’imprimeur du catalogue paternel (Lasnier, à Auxerre) le petit poëme à une trentaine d’exemplaires, aujourd’hui presque tous détruits” (PLD 1215, repris avec petits changements in PLB 1352).
51-52. “Souvenirs d’hôpital”, 2 poèmes numérotés sur 2 ff. paginés. “I/ La vie est si sotte vraiment ” et “II/ D’ailleurs l’hôpital est sain”. PLB 1032-33. Deuxième raturé.
53. “mi-septembre” [En septembre], 1 f. “Parmi la chaleur accablante” PLB. 1036. Ratures.
54. “jour de l’an.” [Pour le Nouvel An], 1r Janvier 1895, 1 f. “La vie est de mourir et mourir c’est naître” PLB. 1022. Rature.
55. « epilogue (en manière d’adieux à la poésie “personnelle”.) », 1 f. (manque le dernier quatrain, déjà signalé fiche Voûte). PLB. 1028 (et non pas en guise d’adieux repris à PLD, liste). Rature.
56. “voyages.” “Je voyageai dernièrement hors de Paris.”, 1rmai 1893, 1 f. in-4 plié. PLB. 987-88.


Leer informe de condiciones Leer informe de condiciones

Procedencia

Ex-libris Paul Voûte, Drouot (11/3/1938 n° 616). -- Acheté 16.800 + frais par Mme Emile Prat qui le communique à Le Dantec pour sa Pléiade de 1948 (supra). -- Collection A.K.

Documentación

Œuvres poétiques complètes, édition Le Dantec, Pléiade, 1948 (abrév. PLD) qui a pu analyser le manuscrit. Il donne un descriptif du volume, une liste des 57 poèmes (en fait  56, idem cat. Voûte), tout en  sautant le titre Rotterdam n° 2 supra (p. 1183-84), et pointe des variantes. La réédition de Borel, 1962 (vu tirage 1968, abrév. PLB) a dû  s’appuyer sur celle de Le Dantec. Il en reprend la liste p. 1327. --  A. Kies [propriétaire du manuscrit et philologue] “Varia, Cellulairement et autres manuscrits de Verlaine” Le Livre & l’Estampe, 1991, n° 136 p. [329]-336. Relevé de variantes et mises au point lexicales.

Nota del catálogo

somptueux exemplaire admirablement relié par noulhac, dans le style floral mosaïqué dont il habilla La Bonne chanson de la même collection Voûte.

[on joint :]

Verlaineoeuvres posthumes. Paris, Messein, 1903. Petit in-8 carré. Demi-maroquin vert à coins serti d’un filet doré, dos à nerfs orné de caissons dorés à la grotesque, tête dorée, non rogné, couverture et dos (Canape).
édition originale.
un des 15 sur vergé van gelder, 2e papier, n° 5.
Dos foncé, sinon bel exemplaire.

Bibliothèque littéraire Raoul Simonson - Albert et Monique Kies - Première partie

|
París