29
29
Humboldt, Alexandre de, et Aimé Bonpland
ESSAI POLITIQUE SUR LE ROYAUME DE LA NOUVELLE-ESPAGNE. [ET ATLAS :] ATLAS GEOGRAPHIQUE ET PHYSIQUE DU ROYAUME DE LA NOUVELLE-ESPAGNE. PARIS, STÔNE POUR F. SCHOELL, 1811.
Estimate
10,00015,000
LOT SOLD. 25,000 EUR
JUMP TO LOT
29
Humboldt, Alexandre de, et Aimé Bonpland
ESSAI POLITIQUE SUR LE ROYAUME DE LA NOUVELLE-ESPAGNE. [ET ATLAS :] ATLAS GEOGRAPHIQUE ET PHYSIQUE DU ROYAUME DE LA NOUVELLE-ESPAGNE. PARIS, STÔNE POUR F. SCHOELL, 1811.
Estimate
10,00015,000
LOT SOLD. 25,000 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Livres et Manuscrits

|
Paris

Humboldt, Alexandre de, et Aimé Bonpland
ESSAI POLITIQUE SUR LE ROYAUME DE LA NOUVELLE-ESPAGNE. [ET ATLAS :] ATLAS GEOGRAPHIQUE ET PHYSIQUE DU ROYAUME DE LA NOUVELLE-ESPAGNE. PARIS, STÔNE POUR F. SCHOELL, 1811.
2 volumes de texte in-4 (320 x 240 mm) et un atlas in-folio (563 x 410 mm). Demi-veau fauve avec coins, dos lisse orné d'une rosaces répétée, palettes de grecques et roulettes dentelées, pièces de titre rouges, médaillons de tomaison verts. L'atlas en demi-veau fauve orné de fers courbes à la grotesque, pièce de titre rouge (Reliures de l'époque).
Rousseurs. Coins et coiffes usagés, plats frottés, petits manques de peau aux médaillons de tomaison. Atlas : coiffes usagées.

Collation :
Texte
I. Faux-titre, titre, 3 f. (dédicace à Charles IV, Roi d'Espagne et des Indes), [I]-XCII (avec erreurs d'imposition), [2 p., faux titre], [i]-iv, 3-350 p., 2 f. de table, un f. d'errata.
II. Faux-titre, titre, 351-868 p., 861bis-[868bis], [869]-904 p., un f. d'errata.

Atlas : faux-titre, titre, et 4 p. ; 19 cartes : 7 doubles dont une en couleur, 3 doubles dépliantes et en couleur, et 9 simples dont 2 aquatintes à la sepia. Elles sont numérotées de 1 à 20, sachant qu'une des planches porte trois cartes (6, 7, 8) et que la première carte est divisée en deux (numérotées 1 et 1bis).

Première édition, avec son atlas bien complet de ses 19 gravures : relevés de volcans, cartes topographiques détaillées du Mexique... et la très célèbre Carte générale du Royaume de la Nouvelle-Espagne.

La plus exacte des cartes du Grand Ouest américain et de l'Amérique centrale à cette date, elle est l'une des plus importantes de l'histoire de la géographie. Dressée au terme de l'extraordinaire voyage d'exploration de Humboldt au Venezuela, Colombie, Pérou, Cuba et Mexique entre 1799 et 1804, elle détaille le relief de ces territoires, les Indiens qui l'habitent, ainsi que chacune des églises ou monastères construits par les Espagnols. 

Elle est la plus détaillée des cartes sur les campements des Indiens d'Amérique, et illustre l'attention sans faille que porte Humboldt aux populations indiennes du continent. Elle détaille leurs territoires (des Natchitoches à l'est à la Baja California à l'ouest, et du Mont Timpanogos dans l'Utah à Tehuantepec au sud) en soulignant par des hachures la topographie des terrains, et en nommant chacune des 36 tribus relevées dans la province, dont 33 au nord de la Nouvelle-Espagne, et trois dans la Baja California. Quelques notes décrivent les lieux d'où attaquent les Indiens.

Sur permission de Charles IV d'Espagne, Humboldt, accompagné de son ami botaniste Aimé Bonpland, put parcourir la vice-royauté de Nouvelle-Espagne, l'une des quatre entités colonisées par l'Espagne en Amérique, qui couvre les régions modernes de l'Utah, la Californie, l'Arizona, le Texas, le Nouveau-Mexique, le Mexique, Guatemala, Honduras, Nicaragua, Costa Rica, Panama, et partie du Venezuela et de la Colombie, poursuivant ses recherches hors de la Nouvelle-Espagne jusqu'à Bogotá et Lima. Il  passe cinq ans dans les jungles vénézuéliennes, colombiennes et péruviennes, parcourant d'immenses territoires inexplorés de l'Amérique du Sud et Centrale à collecter plantes (plus de 60 000 specimens), semences et animaux, , gravissant leurs volcans (dont le Chimborazo) et naviguant leurs mortels cours d'eau.
Complet tel quel, l'ouvrage sur la Nouvelle-Espagne forme un tiers du monumental "Voyage aux régions equinoxiales du Nouveau Continent".

L'expédition de Humboldt fut une des plus remarquables expéditions scientifiques modernes. Injustement oublié de nos jours, sans doute éclipsé par la révolution darwinienne, Humboldt était pourtant révéré à son époque : le plus célébré des explorateurs naturalistes, il fut l'un des hommes les plus réputés de la planète. Passionné, doté d'une énergie rare, Humboldt traverse ces zones éminemment dangereuses à pied, en canoë (rapides de l'Orénoque, le Casiquiare), à dos d'âne, tout en rassemblant une multitude de données géologiques (il gravit tous les volcans), topographiques (il est le premier à relever les coordonnées géographiques de ces territoires), zoologiques et botaniques, atmosphériques... dans le but d'analyser les écosystèmes de la planète, et prouver "l'unité de la nature".

Humboldt, père de l'écologie moderne. 
"Le but premier de mon expédition. Je m'efforcerai de découvrir l'interaction des forces de la nature et les influences qu'exerce l'environnement géographique sur la vie végétale et animale. En d'autres termes, il me faut explorer l'unité de la nature.(Lettre à Freiesleben, 5 juin 1799.)
Outre ses descriptions des mauvais traitements infligés par les colons espagnols sur les populations indigènes et les esclaves noirs, Humboldt constata la ruine des sols causée par la déforestation intensive des Espagnols et leurs monocultures (indigo et sucre), l'impact mortel de leurs interventions sur la richesse naturelle locale, l'eau et donc les populations. Il développe une vision globale de la nature, de ses interactions et interdépendances, qu'il ne cessera sa vie durant de défendre : concept que l'on appelle aujourd'hui "la biodiversité". 

Au terme de son immense périple, Humboldt remontera de Lima jusqu'à Acapulco et Mexico par voie de mer en 1803, rendra visite au président américain Thomas Jefferson, féru de sciences naturelles, à Washington, toute jeune capitale des États-Unis indépendants, non encore construite, et regagne Paris en 1804.

Ex-libris gravé Livraria Luso-Brazilieira, Rio de Janeiro, au contreplat. -- Muriel Crocker, 1898, collé au bas du titre. -- Nikita Harwich (ex-libris).

W. Howes,  U.S.iana, 1650-1950, H-786. --Sabin 33756. -- Thomas W. Streeter, Bibliography of Texas, 1049. -- Andrea Wulf, The Invention of Nature, 2017.


Read Condition Report Read Condition Report

Livres et Manuscrits

|
Paris