152
152
Mallarmé, Stéphane
[LE TOMBEAU D’EDGAR POE]. POÈME AUTOGRAPHE SIGNÉ DU MONOGRAMME SM [VERS 1889], AVEC ENVOI À EDMUND GOSSE
Estimate
60,00080,000
LOT SOLD. 110,000 EUR
JUMP TO LOT
152
Mallarmé, Stéphane
[LE TOMBEAU D’EDGAR POE]. POÈME AUTOGRAPHE SIGNÉ DU MONOGRAMME SM [VERS 1889], AVEC ENVOI À EDMUND GOSSE
Estimate
60,00080,000
LOT SOLD. 110,000 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Bibliothèque R. & B. L. VII, XIXe siècle (1840–1898). Éditions originales – Revues – Lettres et manuscrits autographes

|
Paris

Mallarmé, Stéphane
[LE TOMBEAU D’EDGAR POE]. POÈME AUTOGRAPHE SIGNÉ DU MONOGRAMME SM [VERS 1889], AVEC ENVOI À EDMUND GOSSE
1 page in-4 (318 x 243 mm), montée dans un volume demi-maroquin noir à encadrement, plats en papier bois, pièce de titre en maroquin noir, titre doré, sous étui.

L’un des plus célèbres poèmes de Mallarmé, qui marque à jamais l’image d’Edgar Poe et associe les deux noms pour la postérité :

Tel qu’en lui-même enfin l’éternité le change
Le Poëte suscite avec un glaive nu
Son siècle épouvanté de n’avoir pas connu
Que la mort triomphait dans cette voix étrange !

Ce poème — dont on connaît cinq autres manuscrits, de dates diverses — fut écrit pour un volume commémoratif publié aux Etats-Unis suite à l’inauguration d’un monument sur la tombe de Poe (Edgar Allan Poe, A Memorial Volume by Sara Sigourney Rice, Baltimore, Turnbull Brothers, 1877). « Pieusement, j’accomplirai votre désir pour mon humble part, en vous envoyant […] quelques vers écrits, Madame, en votre honneur : je veux dire commémoratifs de la grande cérémonie de l’automne dernier », écrit-il à la présidente du comité. Mallarmé tenait beaucoup à ce sonnet, et le reprendra dans ses Poésies, mais aussi en tête de sa traduction des Poèmes d’Edgar Poe (Deman, 1888). Point n’est besoin, en effet, de rappeler son immense admiration pour Poe.

Poe et Baudelaire sont probablement les auteurs qui ont le plus influencé Mallarmé. Il les découvre en même temps, le premier dans la traduction du second, vers 1860. Sa passion pour Poe est telle qu’il décide d’apprendre l’anglais : « Ayant appris l’anglais simplement pour mieux lire Poe, je suis parti à vingt ans en Angleterre », écrira-t-il à Verlaine en 1885. Dans les années qui suivent, il tente vainement de placer dans des revues quelques poèmes traduits. Ce n’est qu’en 1872 que La Revue littéraire et artistique publie les premières traductions. En 1875, sa traduction du Corbeau paraît chez Lesclide, avec des lithographies de Manet. Les Poèmes d’Edgar Poe ne seront édités qu’en 1888, chez Edmond Deman, à Bruxelles.

Un envoi à son ami critique Edmund Gosse (1849-1928). Calligraphiant le sonnet de sa fine et superbe écriture, Mallarmé l’a fait précéder de cet envoi : pour l’exemplaire d’Edmund Gosse. Critique littéraire anglais de renom, Gosse avait une grande admiration pour l’œuvre de Mallarmé, qu’il avait rencontré en 1872. Leurs relations n’avaient repris que vingt ans plus tard, quand, à la fin de l’année 1892, Gosse s’adressa à Mallarmé pour lui demander des renseignements sur son œuvre (la lettre de réponse de Mallarmé du 16 décembre 1892 est célèbre) en vue d’une étude sur Mallarmé qu’il publiera l’année suivante. Cette copie date probablement de cette période : Gosse devait avoir demandé à Mallarmé une copie du poème, pour la joindre à son exemplaire de la traduction des Poèmes d'Edgar Poe (Vanier, 1889). La forme du monogramme est caractéristique des années 1892-1893. Gosse acheva les douze dernières années de sa vie en tant que bibliothécaire de la Chambre des Lords.

De la collection Gérard Bauer.

Exposition Cinquantenaire du Symbolisme, B.N., 1936, n° 1196 (voir aussi n° 1195, pour l’exemplaire des Poèmes d'Edgar Poe que possédait Gosse).

Œuvres complètes : I, Poésies, éd. C.P. Barbier et Ch. G. Millan 1983, p. 272 (manuscrit répertorié p. 276, sous le n° 101.5). — Œuvres complètes, éd. B. Marchal, Pléiade, t. I, p. 38.


Read Condition Report Read Condition Report

Bibliothèque R. & B. L. VII, XIXe siècle (1840–1898). Éditions originales – Revues – Lettres et manuscrits autographes

|
Paris