162
162
Figure de reliquaire attribuée au Maître de la Sébé, Kota Obamba, Gabon
KOTA OBAMBA RELIQUARY FIGURE FROM THE MASTER OF SEBE, GABON
JUMP TO LOT
162
Figure de reliquaire attribuée au Maître de la Sébé, Kota Obamba, Gabon
KOTA OBAMBA RELIQUARY FIGURE FROM THE MASTER OF SEBE, GABON
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris

Figure de reliquaire attribuée au Maître de la Sébé, Kota Obamba, Gabon
KOTA OBAMBA RELIQUARY FIGURE FROM THE MASTER OF SEBE, GABON

Provenance

Collection Monsieur M., Rennes
Transmis par descendance 
Gallais et Livinec, Nouvel Hôtel des Ventes Mobilières de Rennes, Succession de Monsieur M., 23 octobre 1975
Charles Ratton (1895-1986), Paris
Paolo Morigi, Lugano
Collection Frum, acquis en 1985

Exhibited

Toronto, Art Gallery of Ontario, African Majesty, 1981
Bruxelles, BBL Cultuurcentum , Masterhands/ Mains de Maîtres, 22 mars – 24 juin 2001

Literature

Arts d'Afrique Noire, hiver 1975, p. 44
Bastin, Introduction aux Arts d'Afrique Noire, p. 255, n° 264
de Grunne, Masterhands- Afrikanische beelhouwers in de kijker/ Mains de Maitres – A la découverte des sculpteurs d’Afrique, 2001, p. 154, n° 39
Lehuard, “Mains de Maitres: à la découverte des sculpteurs d’Afrique”, Arts d’Afrique Noire, n° 118, 2001, p. 40
de Grunne, “Masterhands: post scriptum”, Tribal Art Magazine, n° 31, été 2003, pp. 90 -91, n° 4
Perrois, Kota, 2012, p. 148, n° 17

Catalogue Note

En 1929, dans Les Arts Sauvages. Afrique, André Portier et François Poncetton publiaient le détail d’une figure de reliquaire Kota alors dans la collection du poète surréaliste Paul Eluard (Sotheby’s, New York, 10 mai 1988, n° 66). C’est la première fois qu’une œuvre de celui qui sera plus tard appelé le Maître de la vallée de la Sébé était publiée. « Cet artiste génial qui a façonné avec soin ces figures de reliquaire était un ‘maître de la convexité’ dans un univers plastique qui privilégiait un peu partout, au nord comme au sud, les expressions concaves, proches d’une sculpture quasiment en deux dimensions, à tout le moins en bas-relief. […] Notre sculpteur a choisi de s’affranchir de cette norme en taillant l’âme de bois de ces effigies d’ancêtre à la ressemblance d’un crâne réel » (de Grunne, Masterhands- Afrikanische beelhouwers in de kijker/ Mains de Maitres – A la découverte des sculpteurs d’Afrique, 2001, p. 150).

Originaire de la vallée de la Sébé, affluent de l’Ogooué, cet artiste actif entre 1750 et 1800 (de Grunne, idem) s’est nourri des courants artistiques de la région qu’il a su transcender afin de contenir dans une forme immobile l’impérieuse présence de l’ancêtre. Selon Bernard de Grunne à propos de la figure de reliquaire de la collection d’Edwin et Cherie Silver (Sotheby’s, New York, 13 novembre 2017, n° 51) : « Le Maître de la rivière Sébé dramatisait son sujet en sculptant ses reliquaires avec une tête émaciée et relativement naturaliste, les yeux profondément creusés au cœur des orbites, et l’accent mis sur le bombé impressionnant du front. Cet artiste joue magistralement des volumes du visage aux formes pleines, avec une profusion  de contours tout en courbes, contrastant avec la partie inférieure plate et bidimensionnelle de la base rhombique. Le visage est également élégamment encadré par un bandeau en relief recouvert de bandes de cuivre rouge qui circonscrivent son périmètre et le distinguent de la coiffe décorative composée de croissants sur les côtés et en son sommet. Le front large et convexe répond à la concavité des orbites et du menton. En effet, si l’on isole visuellement le visage des statues du Maître à la tête de mort de la rivière Sébé en partant du haut du front et jusqu’à la base du cou, on peut y percevoir une tête Fang byeri avec son visage en cœur, comme l’ont évoqué Perrois et Chaffin (Chaffin et Chaffin, L’Art Kota: les figures de reliquaire, 1979, p. 322 et Perrois, ‘Le Maître de la Sébé: les figures de reliquaire kota “à tête de mort” de l’est du Gabon’, in de Grunne, idem, p. 151) ». S’ajoute enfin la composition virtuose juxtaposant les plaques extrêmement fines de métal aux lamelles très étroites dans un subtil jeu de nuances chromatiques accentuant la puissance visuelle de l’œuvre.

Avec moins d’une dizaine d’œuvres aujourd’hui connue, le corpus créé par le Maître de la vallée de la Sébé est non seulement l’un des plus rares de l’art Africain mais également l’un des plus archaïques voire même possiblement le style originel de l’ensemble Kota. Brillant témoin du talent de cet artiste, la figure de reliquaire de la Collection Frum s’impose comme l’une des plus abouties dans l’équilibre élégant trouvé entre les modelés voluptueux du visage et la bi dimensionnalité du losange élancé de la partie inférieure. Tout en respectant les normes expressionnistes propres à la sculpture Kota, le Maître de la vallée de Sébé, le plus talentueux des maîtres sculpteurs, a dépassé les canons classiques de l’art Kota en créant un ensemble d’œuvres unique. Conservée depuis plus de trente ans dans la Collection Frum, cette figure de reliquaire Kota illustre magistralement tant le savoir-faire technique exceptionnel du Maître de la vallée de la Sébé que son génie artistique individuel.

 

In Les Arts Sauvages. Afrique in 1929, André Portier and François Poncetton published the detail of a Kota reliquary figure that was then part of the collection of surrealist poet Paul Eluard. (Sotheby's, New York, 10 May 1988, No.66). This was the first time that a piece by the artist who would come to be known as the Master of the Sébé Valley was published. "The brilliant artist who carefully shaped these reliquary figures was a 'master of convexity' in an artistic universe, which, everywhere, from north to south, favoured concave expressions, closer in style to an almost two-dimensional form of sculpture, or, at the very least in bas-relief. […] Our sculptor chose to free himself from this norm by carving the wooden core of these ancestor effigies in the likeness of a real skull. (de Grunne, Masterhands- Afrikanische beelhouwers in de kijker/ Mains de Maitres – A la découverte des sculpteurs d’Afrique, 2001, p.150).

Originally from the Sébé valley region - a right-bank tributary of the Ogooué - this artist, who worked between 1750 and 1800, (Grunne, ibid) drew from the artistic currents of the region, which he then transcended to contain, in an immobile form, the imperious presence of the ancestor. Writing about a Kota reliquary figure by the same artist formerly held in the Edwin and Cherie Silver collection, Bernard de Grunne explains: "The Sébé River Master dramatized his subject by carving his reliquaries with an emaciated and relatively naturalistic head, with eyes retreating into their sockets and an emphasis on the impressive relief of the forehead. This artist masterfully plays off a full volumetric face with a profusion of curved contours against the flat two-dimensional lower half of the lozenge base. The face is also elegantly framed by a raised band covered in red copper strips that circumscribe its perimeter and set it apart from the decorative coiffure made of crescents on the sides and summit. The broad convex forehead is enhanced by the concavity of the eye sockets and the chin. Indeed if one visually isolates the face of the figures by the Sébé River Master of the Skull Head from the top of the forehead to the end of the neck, one can visualize a byeri Fang head with its heart-shaped face, as suggested both by Perrois and Chaffin. (Chaffin and Chaffin, L’Art Kota: les figures de reliquaire, 1979, p. 322 and Perrois, ‘Le Maître de la Sébé: les figures de reliquaire kota “à tête de mort” de l’est du Gabon’, in de Grunne, ibid, p. 151)”. The whole piece comes together in the consummate composition, where extremely fine metal plates with very narrow slats placed in a subtle interplay of chromatic nuances heighten its visual force.

Featuring less than a dozen known pieces to this day, the corpus created by the Sébé Valley Master is not only one of the rarest within African art, but also one of the most archaic and possibly even the one original style of the Kota ensemble. A brilliant testament to the talent of this artist, the reliquary figure of the Frum Collection stands out as one of the most accomplished sculptures for the elegant balance struck between the voluptuous outlines of the face and the bi-dimensionality of the slender rhombus of the lower part. Whilst abiding by the expressionist standards specific to Kota sculpture, the Sébé Valley Master, the most talented of master sculptors, has gone beyond the classical canons of Kota art and created a unique corpus. Held for more than thirty years in the Frum Collection, this Kota reliquary figure brilliantly illustrates both the exceptional technical know-how of the Master of the Sébé Valley and his individual artistic genius.

 

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris