122
122
Pendule à l’éléphant en bronze patiné et doré d’époque Louis XV, vers 1750
Estimate
40,00060,000
LOT SOLD. 85,000 EUR
JUMP TO LOT
122
Pendule à l’éléphant en bronze patiné et doré d’époque Louis XV, vers 1750
Estimate
40,00060,000
LOT SOLD. 85,000 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Important Mobilier, Sculptures, Objets d'Art et Tableaux

|
Paris

Pendule à l’éléphant en bronze patiné et doré d’époque Louis XV, vers 1750
le cadran en émail signé J BAPTISTE / BAILLON à l'avers et par Martinière au revers inscrit dans une caisse en partie laquée rouge, sommée d’un groupe représentant un échassier attaqué par un chien et soutenue par un éléphant, la base rocaille animée de fleurs, le mouvement signé JBaillon AParis N. 3424
Haut. 45 cm, larg. 32 cm
Height 17 3/4 in; width 12 2/3 in
Read Condition Report Read Condition Report

Provenance

Ancienne collection Jacques Dubreuil, Paris

Literature

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
- H. Ottomeyer, P. Pröschel, Vergoldete Bronzen, 1986, Vol. I, p. 124, fig. 2.8.5
- J-D. Augarde, Les Ouvriers du Temps, Genève, 1996, p. 272

Catalogue Note

Le XVIIIe siècle fut marqué par l’exotisme et par le monde animal. Autruches, rhinocéros, éléphants, crocodiles, mais aussi sangliers, taureaux ou cerfs sont autant de motifs que l’on retrouve dans toutes les formes d’arts décoratifs sous le règne de Louis XV. L’éléphant de ces pendules semble s’inspirer d’un modèle en porcelaine japonaise qui était largement répandu dans les cours européenes. Burghley House en conserve une paire. Les plus grands bronziers tels que Caffieri ou Saint-Germain créèrent de nombreux chenets ou pendules avec ces animaux. La pendule à l’éléphant de Saint-Germain fait partie des pièces les plus symboliques de ce goût. Il se présentait d’ailleurs ainsi dans son annonce: "Saint-Germain, maître fondeur, ciseleur et modeleur fait et vend toutes sortes de boetes pour dorer en or moulu ou en couleur d’or, comme bronze…, boete elephantes, à lion, à taureau et autres, fait les desseins, et modelles en cire, le tout à juste prix."

Parmi les dernières pendules à l’éléphant vendues, citons :
- un modèle signé par Saint Germain et l’horloger Julien Leroy, Ancienne collection L’œil d’un Collectionneur, Vente Sotheby’s Paris, le 5 novembre 2014, lot 195, vendue 75 900 € 
- un modèle signé par l’horloger Etienne Lenoir et avec une base similaire à la nôtre anonyme, Ancienne collection L’œil d’un Collectionneur, Vente Sotheby’s Paris, le 5 novembre 2014, lot 202, vendue 67 500 €
- un modèle signée par Saint Germain et l’horloger Leroy, vente Christie’s Londres, le 6 juillet 2016, lot 75, vendue 56 250 GBP


Jean-Baptiste III Baillon, horloger reçu maître en 1727

Baillon reçut successivement les titres de Valet de Chambre-Horloger Ordinaire de la Reine (1738), Premier valet de Chambre de la Reine, puis Premier valet de Chambre et Valet de Chambre-Horloger Ordinaire de la Dauphine (1770). Les fleurs de lys dorées qui ornent le cadran de ce cartel sont peut-être à rapprocher de ses titres. La description, par Ferdinand Berthoud, de son atelier situé à Saint-Germain-en-Laye, donne une idée de l'importance de son activité : Sa maison est un Magasin de l'Horlogerie la plus belle et la plus riche. Le Diamant sert non seulement à décorer ses montres, mais même des Pendules ; Il en a fait dont les Boetes étoïent de petits Cartels d'Or, ornés de fleurs de Diamans imitant la Nature...Sa maison de St-Germain est une espèce de Manufacture. Elle est remplie d'Ouvriers continuellement occupés pour lui...puisque lui seul fait une bonne partie de l'Horlogerie (F. Berthoud, "Lettre sur l'horlogerie contenant quelques remarques sur les principales parties de cet art et sur les personnes qui ont le plus contribué à le perfectionner", Journal Helvétique, mai 1753).

L'ampleur de sa production le conduit à numéroter les mouvements de ses pendules. Le numéro 3424 est relevé lors de l'inventaire de son stock en 1772 (J-D. Augarde, Les Ouvriers du Temps, Genève, 1996, p. 272). Baillon cessa son activité vers 1765 ; son fonds fut dispersé aux enchères le 23 février 1773 et les jours suivants.

Important Mobilier, Sculptures, Objets d'Art et Tableaux

|
Paris