85
85
Redon, Odilon
ENSEMBLE DE 3 LETTRES AUTOGRAPHES SIGNÉES, À DES CORRESPONDANTS BELGE, DONT EDMOND PICARD, OCTAVE MAUS. [PARIS,] 1887-1909.
Estimate
1,8002,200
LOT SOLD. 2,500 EUR
JUMP TO LOT
85
Redon, Odilon
ENSEMBLE DE 3 LETTRES AUTOGRAPHES SIGNÉES, À DES CORRESPONDANTS BELGE, DONT EDMOND PICARD, OCTAVE MAUS. [PARIS,] 1887-1909.
Estimate
1,8002,200
LOT SOLD. 2,500 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Livres et Manuscrits

|
Paris

Redon, Odilon
ENSEMBLE DE 3 LETTRES AUTOGRAPHES SIGNÉES, À DES CORRESPONDANTS BELGE, DONT EDMOND PICARD, OCTAVE MAUS. [PARIS,] 1887-1909.
À deux de ses principaux mécènes belges.

Lettre à Edmond Picard. 16 avril 1909. 4 p. in-12 (156 x 113 mm), sur un bifeuillet. Papier de grand deuil. Enveloppe autographe.
L’avocat et collectionneur belge Edmond Picard (1836-1924) avait rencontré Odilon Redon quand, en 1886, il pense à l’artiste pour illustrer son Juré. Très vite, Picard devient l’un des principaux protecteurs de Redon, avec lequel il entretiendra des rapports très amicaux, comme le montre la complicité qui transparaît dans cette lettre. Redon remercie Edmond Picard du bon accueil qu’ont reçu chez lui sa femme et son fils (dont Picard était le parrain). L’artiste regrette de ne pas écrire davantage à son ami : "toute ma volonté s’est confirmée près de mon chevalet, et […] tout ce qui n’est pas de mon art ne me tient qu’avec effort, malgré les désirs et les voix de mon propre cœur. Hors de mes travaux, je suis comme un infirme." Odilon Redon évoque la santé fragile de son ami âgé : "ah ! vieillir c’est voir mourir. C’est voir la mort plus que les autres." Il évoque avec tendresse la mort de son frère aîné et de sa mère : "elle m’avait révélé, en ces derniers temps cette chose attendrissante qu’est la mère réduite par le grand âge, ce contraste avec son autorité de jadis, vaincue et soumise dans un corps d’enfant."

Lettre à Octave Maus. 12 mars 1894. 2 p. in-12 (177 x 112 mm), sur un bifeuillet.
Odilon Redon souhaite que les "ouvrages" qu’il a confiés à Octave Maus (1856-1919) pour le premier salon de de La Libre esthétique (17 février-15 mars 1894) soient rapidement expédiés à Paris, pour sa rétrospective chez Durand-Ruel : "Je ne vous ai confié mon envoi que sur la foi d’une durée de un mois, à la Libre Esthétique, qui devait s’ouvrir plus tôt, et conséquemment fermer plus tôt." Redon se montre très pressant, car son exposition parisienne "pour moi une chose importante. […] Vous pouvez aisément distraire de l’exposition mes travaux pendant la dernière semaine." Il demande à ce que les tableaux soient expédiés directement chez son galeriste rue Laffitte. "Encore une fois, je vous supplie".
Écrivain, avocat, passionné d'art, le belge Octave Maus (1856-1919) est à l’origine de La Libre Esthétique (1894-1914), qui défend particulièrement l’esthétique symboliste de Redon. Avec Picard, il a beaucoup œuvré pour la reconnaissance de l’artiste.

Lettre à un collaborateur d’Édouard Dujardin. 6 juin 1887. Une p. (180 x 115 mm). Il demande si Édouard Dujardin, "directeur de la Revue Indépendante", sera de retour pour "passer en vos bureaux pour terminer l’affaire dont vous avez pris connaissance".
Redon a collaboré avec Dujardin dans La Revue wagnérienne (1885-1888) et la Revue Indépendante, en donnant plusieurs illustrations.

Voir aussi lots 84, 92 et 93.


Read Condition Report Read Condition Report

Livres et Manuscrits

|
Paris