68
68
Emblème de la société Lefem, par l'atelier d'Ateu Atsa, Bangwa occidentaux, Cameroun
EMBLEM FOR THE LEFEM SOCIETY, BY THE WORKSHOP OF ATEU ATSA, WESTERN BANGWA, CAMEROON
Estimate
40,00060,000
LOT SOLD. 37,500 EUR
JUMP TO LOT
68
Emblème de la société Lefem, par l'atelier d'Ateu Atsa, Bangwa occidentaux, Cameroun
EMBLEM FOR THE LEFEM SOCIETY, BY THE WORKSHOP OF ATEU ATSA, WESTERN BANGWA, CAMEROON
Estimate
40,00060,000
LOT SOLD. 37,500 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris

Emblème de la société Lefem, par l'atelier d'Ateu Atsa, Bangwa occidentaux, Cameroun
EMBLEM FOR THE LEFEM SOCIETY, BY THE WORKSHOP OF ATEU ATSA, WESTERN BANGWA, CAMEROON

Provenance

Collecté in situ par Gustav Conrau, en 1897-1898
Königlches Museum für Völkerkunde, Berlin, acquis en 1899 (inv. n° III C 10544)
Collection Arthur Speyer II (1894 - 1958), Berlin, acquis dans les années 1920
Possiblement Charles Ratton, fin des années 1920
The Potter Museum, Brumber, puis Brighton, puis Arundel (Sussex)
Bonham's, Londres, The sale of the Contents of Mr Potter's Museum of Curiosities, 24 septembre 2003, n° 489 
Collection privée

Exhibited

Brumber, Brighton puis Arundel (Sussex), The Potter Museum

Literature

Brincard et Geary, "Art in Cameroon : Sculptural Dialogues" in Constellations, Studies in African Art, vol. 2, p. 11, fig. 6, dessin de Conrau, 1899

Catalogue Note

Statue Lefem, par l'atelier d'Ateu Atsa

Par Bettina von Lintig

L'agent colonial et négociant allemand Gustave Conrau fut le premier Européen à pénétrer, en 1898, le pays des Bangwa Occidentaux, dans la région montagneuse du bassin de Fontem (Ouest du Grassland camerounais). Il y collecta, pour le compte du Königlches Museum für Völkerkunde de Berlin, un ensemble majeur de sculptures dont certaines, comme la "Statue de Reine" Bangwa (anciennes collections Helena Rubinstein puis Harry Franklin, aujourd'hui au Musée Dapper), figurent au panthéon des chefs-d’œuvre de l'art africain. Dans une lettre adressée en 1899 depuis Bangwa à Felix von Luschan, il joint le croquis d'œuvres qu'il vient d'acquérir pour le musée (cf. ci-dessous). Au centre s'impose la représentation de la statue qui fait l'objet de la présente étude, où seule diffère la présence de deux appendices encadrant autrefois le visage et dont la fracture apparaît clairement sur l'œuvre. L'ensemble Conrau entra en 1898 dans les collections du Musée de Berlin, où cette statue apparait, dans le registre d'inventaire, sous le numéro  III C 10544, décrite comme "temakan buibui - poteau avec un personnage sculpté, tenant de ses deux mains une tête ou un masque. haut. 121 cm, Bangwe" (van Lintig, Kunst der bangwa - Werkstatt-Traditionen und Künstlerhandschriften, 1994, p. 69). Dans ce registre, le numéro est barré, indiquant son acquisition par le marchand berlinois Arthur Speyer II dans les années 1920, en même temps que plusieurs œuvres de ce groupe, dont la Statue de Reine et son pendant masculin, et ce rare insigne de la société Lefem.    

En 1990, Pierre Harter, s'appuyant notamment sur deux statues collectées par Conrau, identifiait dans "Royal Commemorative Figures in the Cameroon Grasslands, Ateu Atsa, a Bangwa artist" (African Arts, 1990, vol. XXIII, n° 4, p. 70-77), la main d'un des plus remarquables artistes Bangwa du XIXe siècle : Ateu Atsa. Ce bâton sculpté d'un personnage figurant un roi (ou Fon) tenant un masque, se rattache bien, tant par son style, son iconographie et sa surface « à facettes », au corpus des œuvres attribuées par Harter à la main d'Ateu Atsa, aujourd'hui compris de manière plus générale comme l'atelier d'Ateu Atsa. Placé sous la garde du Lefem, ou "société du gong", il était associé, comme toute la statuaire Lefem, au culte des ancêtres royaux. Lors de cérémonies, ces bâtons étaient placés à l'entrée du chemin menant au bois sacré, interdisant ainsi son accès durant les réunions. 

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris