53
53
Cadre de porte, Bamiléké, Cameroun
DOOR FRAME, BAMILEKE, CAMEROON
Estimate
25,00040,000
LOT SOLD. 26,250 EUR
JUMP TO LOT
53
Cadre de porte, Bamiléké, Cameroun
DOOR FRAME, BAMILEKE, CAMEROON
Estimate
25,00040,000
LOT SOLD. 26,250 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris

Cadre de porte, Bamiléké, Cameroun
DOOR FRAME, BAMILEKE, CAMEROON

Provenance

Collection Bernd Muhlack, Kiel

Catalogue Note

≪ Lorsque, dans les années 1960, j’ai ouvert à Douala ma première galerie, la ≪ Galerie Africa ≫, à la suite de mes recherches d’objets anciens à travers la foret gabonaise, le Congo français et l’Angola, chez les Kota, Mbamba, Vuvi, Tsogho, Kwele etTchokwe, Bernd Muhlack a été l’un de mes tout premiers clients. Il profita ainsi de mes découvertes initiales de cet art du Cameroun, domine par les sculptures puissamment expressionnistes des chefferies Bamiléké. Les circonstances de notre rencontre, la gentillesse de Bernd Muhlack, la sincérité de son ouverture à l’art, ont fait de lui un ami que je n’oublie pas. ≫

Philippe Guimiot, Bruxelles, mars 2014 Quand il s’installe en 1960 au Cameroun, à l’âge de vingt-trois ans, pour se lancer dans le commerce du bois, Bernd Muhlack a un œil aiguise par l’environnement moderniste de son enfance et le gout exigeant de ses parents, architectes d’intérieur. L’art africain s’impose à lui, tout comme la richesse humaine de ce continent qu’il ne cessera de parcourir. La centaine de voyages qu’il effectue en Afrique équatoriale et occidentale lui font découvrir les styles qui façonneront sa remarquable collection. Aux œuvres acquises sur le terrain, s’adjoignent des pièces provenant de collections historiques, principalement allemandes.

Au terme d’un demi-siècle de passion s’impose, a travers la douzaine d’œuvres présentées ici, son goût pour les formes les plus saisissantes du style expressionniste des arts africains.



"Tout élément décoratif architectural, qu'il s'agisse de piliers extérieurs sculptés, de cadres de portes ouvragés [...] est un signe distinctif du pouvoir, et ne peut orner qu'un bâtiment royal, une case de société, celle de la mafo, ou d'un notable autorisé par le fon [souverain]" (Harter, Arts anciens du Cameroun, 1986, p. 92). 

Les chambranles bom die ayant conservé leurs deux piliers et leur linteau sont rares dans les collections. Dans un style évoquant celui du royaume de Babanki-Tungo, les personnages, profondément érodés, composent une scène commémorative dominée par la figure d'un notable, identifié par sa coiffe ndop et la corne de libations tenue dans la main droite, tandis que les femmes mettent en valeur, par la gestuelle, leur ventre gravide. Le linteau illustre le motif classique d'un alignement de têtes, projetées en haut relief.  

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris