49
JUMP TO LOT
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris

Masque, Dogon, Mali
MASK, DOGON, MALI

Provenance

Galerie Argiles, Paris, 1972
Collection Philippe Solvit, Paris
Ricqlès (de), Drouot Montaigne, Paris, "Collection de Monsieur et Madame Solvit et à divers amateurs", 7 juin 1998, n° 103
Collection privée, États-Unis, acquis lors de cette vente

Catalogue Note

Ce « masque de chasseur », dannana ou ibi bobongo, appartient à l’ensemble le plus restreint des masques Dogon : celui à représentation anthropomorphe. Comme les soixante-dix-huit types de masques identifiés par Marcel Griaule en pays Dogon entre 1931 et 1935 (cf. Griaule, Masques dogons, 1938) - la plupart animaliers - il fut créé pour lutter contre la colère du nyama des animaux tués par les chasseurs (cf. le mythe relaté par Griaule, idem).

Cette œuvre s’impose par la monumentalité et l'audace de sa construction. A la rondeur du front proéminent s’oppose la longue face plane divisée par la stricte verticale du nez aux narines saillantes. La dynamique du visage est accentuée par la déchirure des ajours oculaires et par les petites oreilles circulaires haut placées. Le profil - saisissant, notamment dans l'ajour nasal - l'apparente très étroitement au masque de l’ancienne collection François Kerbourc’h (cf. Collection Kerbourc’h, 1993, n° 25), autorisant une attribution à la même main.

Puissance et légèreté se conjuguent dans cette œuvre de l’« âge d'or d'avant la colonisation, où les 'masques étaient beaucoup plus forts, beaucoup plus beaux' » (propos d'un Dogon recueilli par Leiris en 1935, in Leiris, 1988, p. 172). Voir également Lem (Sculptures soudanaises, 1948, p. 50, n° 4) pour un masque de type comparable, également à épaisse patine croûteuse, collecté en 1935 par Marcel Griaule dans un abri rocheux servant de cimetière des masques, dans la région de Bandiagara (musée du quai Branly, n° 71.1935.60.202).

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris