160
160
Astrolabe par Ahmad ibn Muhammad ibn Ibrahim
signé et daté 1123 de l’hégire, Maroc, Fez, 1711-12
A MAGHRIBI ASTROLABE BY AHMAD IBN MUHAMMAD IBN IBRAHIM, SIGNED AND DATED AH1123, MOROCCO, FEZ, CIRCA 1711-12
Estimate
50,00070,000
LOT SOLD. 121,500 EUR
JUMP TO LOT
160
Astrolabe par Ahmad ibn Muhammad ibn Ibrahim
signé et daté 1123 de l’hégire, Maroc, Fez, 1711-12
A MAGHRIBI ASTROLABE BY AHMAD IBN MUHAMMAD IBN IBRAHIM, SIGNED AND DATED AH1123, MOROCCO, FEZ, CIRCA 1711-12
Estimate
50,00070,000
LOT SOLD. 121,500 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Collection de Nicolas Landau et Jacqueline Goldman

|
Paris

Astrolabe par Ahmad ibn Muhammad ibn Ibrahim
signé et daté 1123 de l’hégire, Maroc, Fez, 1711-12
A MAGHRIBI ASTROLABE BY AHMAD IBN MUHAMMAD IBN IBRAHIM, SIGNED AND DATED AH1123, MOROCCO, FEZ, CIRCA 1711-12
laiton coulé, martelé et gravé,  agrémenté de quatre clous en argent (mudîr),  facilitant la rotation de l’araignée, inscrit en arabe en coufique maghribi
Haut. (totale) 20 cm, diam. 13 cm, diam. des tympans 11,7 cm, épaisseur 1 cm
Height (overall) 7 3/4 in; diam. 5 1/8 in
Read Condition Report Read Condition Report

Literature

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Sharon A. Gibbs, Janice Henderson & Derek Price,  A Computerized Checklist of Astrolabes, 1973, N°3703.
L. A. Mayer, Islamic Astrolabists : some new Material, in Richard Ettingghausen (ed), Aus der Welt der Islamischen Kunst. Festschrift für Ernst Kühnel zum 75…,Berlin 1959, 293-96.

Catalogue Note

L’astrolabe est un instrument destiné à lire l’heure solaire ou stellaire en un endroit donné, pour effectuer des observations astronomiques ou astrologiques. Utilisé en voyage, il dispose d’un ensemble de tablettes appelées tympans, permettant d’ajuster la représentation du ciel en fonction de la latitude du lieu. Une araignée représentant le cercle écliptique et pointant la position des principales étoiles du ciel tourne autour de l’axe. Une règle permet de relever la hauteur d’un astre ou pointer un repère sur le limbe de l’astrolabe.

Le facteur son nom indiqué dans la signature inscrite sur le dos du trône, (al-hamdu lillâh, sâni’uhu Ahmad  [i]bin Muhammad, ibn Ibrâhim bi-madînat Fez, â’m 1123), louange à Dieu, son fabricant Ahmad ibn Muhammad, Ibn Ibrâhîm à la ville de Fez, an 1123 [de l’hégire].  Seul un autre astrolabe du même facteur est connu, daté 1116H./1704-5, voir : « David A. King, In Synchrony with the Heavens – studies in astronomical Timekeeping and Instrumentation in Medieval  Islamic Civilization, vol.2, p.1014, 5c.

L’araignée de forme typique, présente une couronne zodiacale, munie d’index ou de crochets, dont deux sont cassés,  marquant les positions de vingt-deux étoiles, dont certaines nommées à la base des crochets,  à l’intérieur des quatre-quarts de cercle à partir de l’équinoxe de printemps  vers la gauche dans le sens contraire de l’aiguille d’une montre :

dhanab qaytûs/ra’s al-ghûl/dabarân/qadam al-jawzâ/mankib al-jawzâ/al-‘ayûq//

al-‘abûr/ghumaysâ /non indiquéé/shujâ’/janâh ghurâb ?//

al-a’zal/râmih/hawwa/fakka/hayya//

wâqi’/tâyir/non indiquée/dulfîn/ridf/mankib faras


La mère à fond vide tracée de deux cercles concentriques, le limbe de la mère divisée en intervalles de 5° jusqu’à 360°, subdivisés  pour chaque 1°

Les tympans  sept tympans, l’un postérieur,  tracés de cercles d’altitude chaque 6° et de cercles d’azimut pour chaque 10°. Ils servent les latitudes suivantes :

1a -  21° La Mecque
1b – 24° Médine
2a – 30° Le Caire
2b – 31° Marrakech/Kairouan/ Alexandrie
3a – 34° Fez/Damas /Tripoli
3b – tout horizon
5a – 32° (pour toute ville dont la latitude est)
5b – 37° Tunis
4a – 33° Oran
4b – 36° al-Jazirah al-khadhrâ  Tunisie (ou Tunis)
6a – 37° Cordoue
6b – 38° (pour toute ville dont la latitude est)
Un septième postérieur à l’astrolabe
7a –39° (pour toute ville dont la latitude est)
7b – 42° (pour toute ville dont la latitude est)

Chaque tympan sauf le septième présente des lignes  fléchées indiquant les prières et l’horizon : l’aube (fajr) et de nuit tombée (shafaq) ainsi que celles du midi (zawâl),  après-midi (dhuhr)  et milieu de l’après-midi (‘asr).
Des  lignes pour les heures égales sont  tracées en dessous de l’horizon sauf sur le 3b.

Le dos divisé en deux fois 90° dans les quarts supérieurs autour d’un calendrier zodiacal (0°= Bélier au 10 mars),  le quart supérieur gauche tracé d’une échelle d’heures inégales, les quarts inférieurs contenant un double-carré des ombres de douze divisions

L’alidade à deux pinnules, fixée par un pivot et une clavette.

Pour un autre astrolabe maghribi du XVIIIème siècle d’un autre facteur voir, Sotheby’s, Arts of the Islamic World, Londres, 8 octobre 2008, lot 170

Collection de Nicolas Landau et Jacqueline Goldman

|
Paris