373

Details & Cataloguing

Collection Meyer

|
Paris

Beethoven, Ludwig van (1770-1827)
FEUILLET AUTOGRAPHE MANUSCRIT D'EXERCICES ET D'ÉBAUCHES DE COMPOSITION POUR PIANO. [VIENNE, APRÈS 1800.]
Feuillet manuscrit autographe de Beethoven ayant appartenu à Frédéric Chopin, avec une dédicace autographe signée par le collectionneur Aloys Fuchs à l'encre rouge : "Dem Herrn Fr. Chopin von seinem Verehrer und Freund Wien im Juni [1]831 Aloys Fuchs [per manu propr]ia".

2 pages sur un feuillet, in-folio oblong (22 x 31 cm), bien conservé malgré quelques déchirures très limitées, une note autographe en haut du feuillet écrite par Fuchs à l'encre rouge: "Skizzen von Ludw.v Beethoven's hand", le filigrane représente une seule demi-lune.


Read Condition Report Read Condition Report

Catalogue Note

Une découverte concernant l'oeuvre de Beethoven. Ce manuscrit est inédit pour les études beethovéniennes. Jusqu'à présent, il n'a été mentionné dans aucun écrit important, et n'a été discuté ou examiné par aucun spécialiste d'aujourd'hui. Le manuscrit était encadré et accroché au mur dans l'appartement d'André Meyer. Le verso était donc invisible ; or, le contenu de ce côté du manuscrit est fascinant.

Ce feuillet contient des idées et exercices pour piano, gammes, arpèges, et d'autres figures, dans diverses tonalités: do majeur et mineur, sol majeur et mineur, fa mineur. Beethoven a écrit sur le verso une esquisse musicale plus élaborée, probablement d'un concerto pour piano en do majeur, comprenant des trémolos (de violons?) et un passage en gamme ascendante au piano, culminant en une cadence suivie par une double barre. Cette page paraît comporter de la musique totalement inédite: le manuscrit ne figure ni dans les oeuvres de Tyson, Johnson, ou Winter (The Beethoven Sketchbooks, Oxford, 1985), ni dans aucune autre source.

 D'autres manuscrits d'exercices pour clavier ont survécu, mais sont sûrement antérieurs à 1810 et étaient écrits pour Beethoven lui-même et ses élèves. Les idées notées au bas de la première page sont plus développées, et pourraient être des schémas pour cadences de concerto. Le contenu du verso semble être plus véritablement de la composition.

 Aloys Fuchs fit l'acquisition de manuscrits de Beethoven lors de la vente publique qui eut lieu à la mort du compositeur, en 1827. Ce manuscrit en faisait très probablement partie. La musique de Beethoven étant évidemment importante pour le compositeur polonais, il était naturel que Fuchs offre à Chopin un souvenir de son voyage à Vienne, quatre mois seulement après la mort de Beethoven. Chopin admirait l'oeuvre du Maître, en particulier ses sonates pour piano et l'opéra Fidelio.



A Beethoven discovery.
This manuscript is virtually unknown to Beethoven scholarship.It  does not feature in any of the important literature to date and has not been examined or discussed by  scholars in modern times. In André Meyer’s apartment the manuscript was framed and hung on the wall. The verso was invisible. In fact, this side of the manuscript contains fascinating material.

This sketchleaf contains ideas and passagework for the piano, comprising scales, arpeggios and other figuration in a variety of keys, C major and minor, G major and minor, F minor. On the verso is a more elaborated sketch, which seems perhaps to be an idea for a piano work in F major (possibly connected with the famous "Appassionata" Sonata , op.57, dating from 1804-1805); it comprises tremolo writing and a keyboard scale passage, culminating in a firm cadence followed by a double bar. This page would appear to contain music unknown to Beethoven scholars. The manuscript was not mentioned by Tyson, Johnson and Winter (The Beethoven Sketchbooks, Oxford, 1985), and does not appear to have been discussed elsewhere.

Other sketches containing exercises for keyboard do survive, but these are believed to date from before 1810, and were used by Beethoven as exercises for himself or for his pupils.  The ideas written at the foot of the first page seem more developed and might perhaps be figuration for concerto cadenzas. The material on the verso seems to be actually compositional.

Aloys Fuchs purchased manuscripts of Beethoven in the auction of the late composer’s effects in 1827. This manuscript was probably a part of that sale. Beethoven’s music evidently meant much to the Polish composer and so it was natural for Fuchs to mark Chopin’ stay in Vienna by presenting him with a souvenir of the composer, who had only been dead for four years. Chopin admired some of the older master’s  piano sonatas and had an especial liking for the opera Fidelio.

Collection Meyer

|
Paris