Lot 77
  • 77

Commode en placage d'acajou et acajou massif mouluré d'époque Louis XVI, estampillée CANABAS et JME

Estimate
60,000 - 100,000 EUR
bidding is closed

Description

la façade à ressaut ouvrant à deux tiroirs, les montants moulurés reposant sur des pieds fuselés à cannelures rudentées, terminés par des roulettes ; ornementation de bronze doré : tablier, sabots, poignées et entrées de serrure ; dessus de marbre Sarrancolin (rapporté)

Catalogue Note

Joseph Gengenbach, dit Canabas, ébéniste reçu maître en 1766

L'usage de l'acajou en ébénisterie commence à se répandre en France à partir de la décennie 1760, notamment au sein d'ateliers comme celui de Jean-François Oeben à l'Arsenal. Importé des Antilles, cette nouvelle essence se révèle très résistante, mais sa densité et sa solidité ne permettent pas de l'employer, comme les autres bois exotiques, dans la marqueterie. L'acajou se travaille donc en plein ou en placage, et implique de fait une certaine sobriété du décor. Cette apparente simplicité s'accorde parfaitement à l'émergence, pendant ces mêmes années, du goût Grec ; elle obéit également à la vogue de l'anglomanie naissante.

Canabas est l'un des rares ébénistes à utiliser l'acajou de manière quasi-exclusive. Installé rue de Charonne, il est l'un des fournisseurs de Pierre Migeon et Jean-François Oeben. Ayant obtenu la maîtrise en 1766, il s'établit Faubourg Saint-Antoine et peut désormais estampiller sa production. Celle-ci comprend de nombreux petits meubles « volants », tels que rafraîchissoirs, « serviteurs muets » ou pupitres à musique, et plus rarement des pièces de dimensions importantes comme des bibliothèques ou des commodes.

Son atelier se caractérise également par la perfection des montages et le soin avec lequel est sélectionné l'acajou, toujours d'une couleur soutenue aux reflets profonds. Le dessin très épuré de la commode présentée ici laisse en effet la part belle au bois, d'une qualité telle que seul le ressaut central suffit à l'animer. Le décor de bronzes dorés se contente de ponctuer habilement la façade. Enfin, les tables des montants, façonnées dans l'acajou massif, confèrent au meuble une élégante architecture rectiligne, à laquelle la découpe sinueuse des côtés apporte un harmonieux contrepoint.

 

Close