132
132
Carlos Schwabe
LA MÉDUSE OU LE TOMBEAU DE LA HAINE, VERS 1896-1900
'LA MÉDUSE OU LE TOMBEAU DE LA HAINE', WATERCOLOUR ON PAPER BY CARLOS SCHWABE. SIGNED LOWER RIGHT
Estimation
15 00020 000
Lot. Vendu 49,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT
132
Carlos Schwabe
LA MÉDUSE OU LE TOMBEAU DE LA HAINE, VERS 1896-1900
'LA MÉDUSE OU LE TOMBEAU DE LA HAINE', WATERCOLOUR ON PAPER BY CARLOS SCHWABE. SIGNED LOWER RIGHT
Estimation
15 00020 000
Lot. Vendu 49,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Félix Marcilhac - Collection Privée

|
Paris

Carlos Schwabe
1866 - 1926
LA MÉDUSE OU LE TOMBEAU DE LA HAINE, VERS 1896-1900
'LA MÉDUSE OU LE TOMBEAU DE LA HAINE', WATERCOLOUR ON PAPER BY CARLOS SCHWABE. SIGNED LOWER RIGHT
aquarelle sur papier
Signée en bas à droite Carlos Schwabe

 


49,5 x 34,5 cm (19 1/2 x 13 1/2 in.)
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Provenance

 Madame Caro-Seailles

Exposition

Probablement, Paris, Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts, 1897, partie du lot 1738 (Aquarelles pour l'illustration des Fleurs du Mal)

Bibliographie

Jean-David Jumeau-Lafond, Carlos Schwabe. Symboliste et visionnionnaire, éd. ACR, Paris, 1994, pp. 85-86

Description

Carlos Schwabe réalise vingt-trois illustrations pour Les Fleurs du mal entre 1896 et 1900 à la demande de l’éditeur Charles Meunier.
Notre aquarelle illustre le poème Le tonneau de la Haine. L’artiste associe sa propre vision à celle de Baudelaire sans se conformer à une simple illustration du poème. En effet, Baudelaire fait rimer haine et Hydre de Lerne, animal mythologique à neuf têtes, quand Carlos Schwabe lui préfère la représentation humaine, bien que monstrueuse, de la Méduse.
La Méduse plante son regard dans le spectateur en le pétrifiant d’horreur. Laide, vieille et repoussante, elle contraste de manière saisissante avec la beauté juvénile et la douceur du visage de ses victimes. Le paysage minéral et glacial et les couleurs froides intensifient la présence terrifiante de la Méduse.
On connaît une autre oeuvre du même sujet, aujourd’hui conservée à la Bibliothèque publique et universitaire de Genève.  

Between 1896 and 1900, upon Charles Meunier’s request, Carlos Schwabe executed twenty three illustrations for Les Fleurs du Mal.
This watercolor illustrates the poem Le tonneau de la Haine. The artist fusions his personal interpretation to Baudelaire’s intention, hence not conforming to a simple illustration of the poem. Indeed, Baudelaire rhymes “Hate” with “Hydre de Lerne”, a nine-headed mythological animal, whereas Carlos Schwabe prefers the yet monstrous, human representation of the Medusa.
Gazing into the Medusa’s eyes turns the onlooker to stone.  Hideous, old and repellant, she is in stark contrast with the youth, beauty and softness of her victims. The rocky icy landscape as well as the use of grey and blue shades serve to accentuate the terrifying presence of the Medusa.
Another painting of the same subject matter is conserved at the public and university Library of Geneva. 

Félix Marcilhac - Collection Privée

|
Paris